Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Le rituel

Le rituel

On a parfois tendance à l'oublier mais la Suède est l'un des états les plus vastes d'Europe. Et même si ce pays est très avancé sur bien des niveaux, il contient encore d'immenses territoires vierges recouverts de forêts et peuplés par des hommes quelque peu archaïques. Du moins, c'est ce que l'on va voir dans Le rituel.

Quatre amis de longue date décident de s'offrir une escapade de quelques jours dans les plaines de Suède pour se ressourcer loin de l'agitation des villes. Normalement, il leur suffit de suivre un chemin tout tracé pour les touristes. Mais l'un d'entre eux soumet l'idée d'emprunter un raccourci par la forêt. Il va alors emmener tout le monde sur le domaine d'un monstre effroyable.

Bien entendu, nos quatre individus ne croient absolument pas à l'existence du surnaturel. Pourtant, plusieurs signes mystérieux se dressent devant eux. Des animaux éviscérés sont accrochés dans des arbres à plusieurs mètres de haut, des sentiers apparaissent comme par magie et une curieuse cabane contenant une statue très étrange paraît bien inquiétante. Sans compter les illusions et autres cauchemars dont ils sont victimes.

Peu à peu, l'angoisse gagne du terrain. Bien que l'on ne se situe pas dans la jungle amazonienne, la forêt de conifères est si épaisse qu'on s'y perd facilement. Paumés, sans réseau et de plus en plus fatigués, nos quatre individus sentent également les nerfs leur monter au cerveau, ce qui va provoquer quelques disputes entre eux.

Et pour cause, ils auraient du être cinq en réalité. Quelques mois avant l'incident, leur ami Robert (Paul Reid) s'est fait assassiner par des bandits qui dévalisaient une superette. Présent avec lui ce jour là, Luke (Rafe Spall) a préféré se cacher derrière un rayon de produits plutôt que de lui venir en aide. Depuis, il traine une profonde culpabilité. Et même si les autres ne lui ont rien reproché jusque ici, les langues se délient lorsqu'ils sont en colère, surtout celle de Dom (Sam Troughton).

Mais il y a plus grave comme problème. Car un ennemi les observe depuis longtemps. Et tenez vous bien, il ne ressemble à rien de connu. Gigantesque, on dirait un croisement entre un cheval et un arbre. Son apparence lui permet de facilement se camoufler dans les bois. C'est un fils de Loki, l'un des dieux de la mythologie nordique.

Cruelle et sans pitié, cette créature est également sadique. Après avoir instaurée la peur dans l'esprit de ces intrus qui ont osé investir sa forêt, elle n'hésite pas à les attaquer et à les pendre aux arbres en les empalant. Un sort bien funeste auquel semble cependant pouvoir échapper Luke car l'intense douleur qui ronge son cœur plait au monstre.

Réalisé en 2017 par David Bruckner, Le rituel est un film original. Si il fait penser au début à Hostel ou Détour mortel, il s'en distingue vite pour asseoir sa propre identité. L'ambiance qui y règne est très bonne. L'étau se resserre petit à petit sur nos quatre voyageurs alors que paradoxalement, la forêt nous paraît de plus en plus grande. C'est comme si ils étaient déjà écrasés par elle avant que le monstre ne fasse son apparition.

Celui ci est bien conçu et surtout bien géré. Très rapidement, on suggère sa présence mais ce n'est finalement qu'à la fin qu'il se montre. En même temps, on s'attend plutôt à voir surgir une tribu de cannibales ou un tueur en série au départ. Une épaisse aura de mystères entoure ce monstre. Jusqu'où ses pouvoirs vont-ils exactemient ? Craint-il le feu ? Malheureusement, on en saura guère plus.

C'est justement là que le bas blesse ! Bien qu'il ne possède pas de nom, ce fils de Loki est prié encore aujourd'hui par une poignée d'individus. Vivant comme au Moyen Age reculés de tout, ces hommes ne semblent pas vraiment méchants mais ils craignent tellement leur dieu qu'ils n'hésitent pas à capturer les voyageurs qui pourraient lui échapper et à les lui offrir en sacrifice lors d'une cérémonie. D'où le titre Le rituel.

Ok pourquoi pas mais il faudrait que ce soit plus exploité. Même constat pour le monstre. Au début de la ballade, une future victime déclare que les Suédois ont été les rois du commerce du bois puis qu'ils ont subitement lâchés dans les années 1950. La créature pourrait très bien en être la cause et jouer un rôle gardien de la nature, surtout qu'elle ne peut en plus pas sortir de la forêt. Le film prendrait une dimension écologique très à la mode actuellement. Malheureusement, rien de tel ne se passe finalement.

Le rituel est une œuvre correcte à n'en pas douter. Malheureusement, David Bruckner ne s'est pas révélé assez ambitieux. Il avait clairement fait le plus dur et aurait pu facilement conférer à son film une dimension nettement plus importante. C'est dommage. A voir malgré tout, ne serait-ce que pour son originalité et son ambiance.

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article