Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Poupée d'ivoire Tome 5 : Le roi des singes

Poupée d'ivoire Tome 5 : Le roi des singes

Kaliber Khan est mort (du moins semble t-il) et suite à sa disparition, Timok et Yu Lien ont été chassé de leur clan. Nous les retrouvons donc à voguer le long des immenses plaines qui semblent n'avoir de fin. Et aujourd'hui, ils vont faire la connaissance d'un homme mystérieux que tout le monde appelle le roi des singes.

Barbouillé de rouge et de blanc et revêtu d'une curieuse manière, cet individu semble tout droit sortit d'un livre de contes chinois. Mais en réalité, il s'agit d'un Européen nommé Christoforo. Son maître l'a envoyé en Chine afin qu'il perce le secret de la soie qui constitue alors un vrai mystère aux yeux du vieux monde.

La soie est un fil cousu par un insecte spécifique. Elevés dans des palais et gardés en permanence, ces vers valent plus que de l'or pour les Chinois et quiconque dérobe ne serait-ce que quelques uns de leurs œufs se voit condamné à une mort atroce. Hors c'est précisément à quoi s'est risqué le roi des singes.

Notre homme est donc un fugitif qui cherche à quitter la Chine au plus vite lorsqu'il croise la route de notre couple fétiche. Pour sa part, celui ci est actuellement poursuivit par des voleurs qui comptent s'emparer de Nirko, le superbe étalon noir de Timok. Les personnages vont donc s'entre aider et affronter ensemble Aatchakapook, le chef de la petite tribu du coin.

Autant le dire tout de suite dans cet épisode, ce n'est pas Timok mais Yu Lien qui mène la danse. Et pour cause, notre Mongol n'apparait pas au mieux de sa forme. Blessé à plusieurs reprises, il souffre de plusieurs côtes cassées ou du moins fêlées, ce qui le rend bien moins féroce que d'habitude.

Sa compagne chinoise s'amuse volontiers de la situation, et nous aussi. Plus espiègle que jamais, c'est elle qui sympathise avec le roi des singes et qui met au point en plan pour récupérer Nirko. Elle prend plaisir à ridiculiser son compagnon, allant jusqu'à gentiment le « violer » dans la steppe puis le déguiser en femme.

De son côté, le roi des singes est un personnage bien construit. Bon combattant mais surtout excellent acrobate sur un cheval, il attire la sympathie, y compris celle d'un babouin qu'il a dressé pour voler les vers. Vif d'esprit et courageux, il pourrait probablement séduire Yu Lien si celle ci n'était pas tant amoureuse de « son Timok ».

Ce n'est pas tout. Pour une fois, nous apprenons pas mal de choses historiques, ce qui constitue normalement presque une obligation lorsqu'on lit une bande dessinée de ce genre. Outre le secret des vers à soie, on découvre que les hommes de ces contrées pratiquaient une sorte de rugby en plus violent avec un crane humain en guise de ballon. On apprend aussi comment les Mongols dressaient leurs chevaux à rester immobiles devant une longe. Enfin, on constate que les Chinois connaissaient déjà bien mieux la géographie et l'étendue des mers que les Européens. Toutes ces informations sont savamment distillées de façon à avoir une vraie utilité dans l'histoire.

Ce cinquième tome constitue de très loin le meilleur numéro de la série pour l'instant. Enfin, on a droit à un scénario bien construit, à une mise en scène maîtrisée et en prime à pas mal d'humour. On a peine à croire que Franz l'ait réalisé tout seul tant la différence avec les épisodes antérieurs est flagrante. Même le dessin s'avère de meilleure qualité alors qu'il n'était pourtant pas déjà le point faible de l'artiste.

Poupée d'ivoire est enfin lancé, il était grand temps ! On espère de tout cœur que cet album ne sera pas une exception dans la série mais le point de départ d'un renouveau de la série. A présent, Franz semble avoir trouvé la bonne formule pour nous faire vibrer avec Timok et Yu Lien. Nos attentes sont donc fortes pour le prochain volume qui s'annonce déterminant.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article