Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Poupée d'ivoire Tome 4 : Le tombeau scythe

Poupée d'ivoire Tome 4 : Le tombeau scythe

C'est parfois lorsque des gens disparaissent qu'on se rend compte à tel point on tenait à eux. Kaliber Khan en sait quelque chose. Suite au décès de son épouse Théodora qu'il a pourtant tant méprisé de son vivant, il décide de lui rendre hommage en allant l'enterrer sur ses terres natales situées à des milliers kilomètres d'ici. Mais cela signifie traverser le pays des Scythes.

Or, ces derniers ne se montrent pas accueillants, bien au contraire. Pour leur chef Kulobakop, c'est une occasion rêvée de se débarrasser d'un puissant voisin. Toutefois, si il remporte la victoire facilement grâce à une embuscade, il trouve la mort au combat. C'est donc à sa fille unique Gorytuse que revient le trône.

Cela a de quoi surprendre au premier abord mais Gorytuse justifie bien vite son ascension. C'est une véritable guerrière impitoyable qui prend un malin plaisir à détenir Kaliber Khan prisonnier pendant presque tout l'album. Durant toute sa captivité, le roi mongol a ainsi l'occasion d'observer les mœurs barbares de ses geoliers.

Et celles ci sont assez édifiantes. Lorsqu'un chef scythe meurt, ses concubines, médecins, cuisiniers et chevaux doivent tous être exécutés afin de lui tenir compagnie à jamais dans sa tombe. En découvrant ces mœurs absurdes, un nouveau sentiment nait pour la première fois dans le cœur du père de Timok, l'empathie. Aussi surprenant que cela paraisse, celui qui traquait son fils comme une bête dans le tome 2 devient à présent presque aussi doux qu'un agneau.

Tout cela est bien beau mais que deviennent Timok et Yu Lien justement ? Chassé sans ménagement du palais mongol suite à une rumeur qui prétend que Kaliber Khan est mort, notre couple décide de chercher conseil chez la vieille Shu Wei. Là, ils découvrent que cette dernière leur a menti et élève en secret la fille de Yu Lien.

La vue de cette enfant rappelle à Timok de douloureux souvenirs à l'époque où sa femme était violée sans cesse par le juge Wung (enfin à l'époque ce n'était pas encore son épouse). Furieux, il décide de partir seul sur les traces de son père. Comme d'habitude, Yu Lien va le suivre à distance et l'aider à libérer Kaliber Khan des griffes des Scythes.

Ce quatrième tome a un sacré goût de répétition. Encore une fois, on assiste à des chasses à l'homme parsemés de combats dans un monde où les paysans sont souvent victimes de pillages. Seuls les motifs varient. Ce n'est pas assez. Le scénario est vraiment très moyen. On ne comprend vraiment pas comment Kaliber Khan a pu se laisser piéger si facilement, lui qui dirige pourtant des milliers d'hommes. De plus, après l'avoir tant cherché dans le tome 3, pourquoi Timok n'a t-il pas tenu à accompagner sa mère pour son dernier voyage ?

Une fois de plus, Franz s'emmêle les pinceaux et mélange les époques. Il essaie de faire en sorte que cela ne se voit pas à coups de combats et de filles à poil mais évidemment, cela ne fonctionne pas. En plus, les réactions de ses personnages sont parfois nullissimes et pas crédibles du tout. Par exemple, Yu Lien ne montre aucun attachement ni même intérêt pour sa fille qu'elle croyait morte. Quand à Timok, pour apaiser sa fureur, il s'en va attaquer un petit convoi chinois qui transportait une prostituée de luxe et élimine sans remord des hommes qui n'avaient même pas d'arme.

Ce n'est pas tout. La mise en scène est pitoyable. A tel point que l'auteur nous parle parfois au présent et parfois au passé dans ses cases explicatives. Ce manque de professionnalisme est grave ! Il essaie de se racheter tant bien que mal avec de l'humour mais ça ne suffit pas. Sa série tourne également de plus en plus vers un voyeurisme injustifié. Navrant.

Note : 5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article