Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Lucifera Tome 4 : Le philtre de la virginité

Lucifera Tome 4 : Le philtre de la virginité

Marguerite a tant bien que mal accouché. Mais au bout de quelques mois, elle s'aperçoit que deux petites cornes poussent sur le front de son bébé prénommé Franz. Craignant que quelqu'un le découvre et le dénonce à l'inquisition, elle décide de le cacher le plus possible. Mais parviendra t-elle longtemps à dissimuler cette difformité symbole de l'appartenance au Malin ?

Pendant ce temps, Faust de son côté repense à elle. Même si elle s'est donnée à un autre individu, il en est toujours amoureux et décide de la pardonner. Toutefois, notre homme reste orgueilleux et avant de l'épouser, il désire la voir redevenir vierge et pure. Dans cette optique, il se rend une fois de plus chez Darvulia afin qu'elle lui vende un philtre de virginité.

Sauf que cette fois, la sorcière ne possède pas cette potion dans son magasin. Elle lui révèle cependant où la trouver. Une puissante magicienne appelée Phiona vivant dans la forêt noire près du Rhin connaît cette formule. Mais son accès est gardé par des Valkyries qui, dit-on, enlèvent les marins pour les noyer au fond du fleuve.

Faust ne croit pas à cette légende. Il part donc seul dans cette dangereuse expédition. Malgré ses protestations, Lucifera le suit à distance pour le protéger. Son aide lui sera effectivement très utile. Après avoir échappé sans le savoir à des brigands et atteint l'endroit indiqué, notre docteur entend des chants pendant la nuit. Ne pouvant résister à ces appels merveilleux, il entre sans le savoir le domaine des Valkyries.

La reine Brunhilde lui expose alors la situation. Les Valkyries appelent avec leurs mélodies les voyageurs qui passent à proximité de leur rocher afin d'obtenir des rapports sexuels avec eux. A priori, leur but n'est nullement de les tuer. En revanche, elles considèrent comme un affront le fait qu'un homme ne puisse toutes les honorer en une nuit. Et pour le punir, elles le tuent.

Voilà qui est cocasse. Lorsque l'on découvre que les Valkyries sont au nombre de douze, on se dit que Faust va avoir fort à faire pour toutes les satisfaire les unes après les autres. A moins d'être un véritable performer ou dopé par des produits aphrodisiaques, c'est quasiment impossible. Notre médecin va t-il venir à bout de ce marathon sexuel ?

C'est là que Lucifera intervient. Et elle n'y va pas de main morte puisqu'elle fait appel au Diable en personne. Au départ, celui ci ne désire guère sortir Faust d'une mort évidente mais il accepte finalement de l'aider, ce qui est curieux. Pour se faire, il prononce une invocation prodigant au médecin une énergie sexuelle illimitée temporairement. Ainsi grâce à ce coup de pouce précieux et ironique, notre jeune homme parvient à faire le tour de toutes les Valkyries à temps.

Enchantées, celles ci lui offrent l'épée du guerrier légendaire Siegfried et le conduisent chez Phiona. La rencontre avec cette dernière est brève. Pleine de sagesse, cette magicienne d'un age avancé semble savoir beaucoup de choses. Elle lui offre gratuitement ce qu'il est venu chercher. A présent, il est temps de rentrer en Thuringe.

Cet épisode constitue pour l'instant le meilleur de tous. Il fourmille de bonnes idées. Avoir conféré aux Valkyries des éléments de légende sur les sirènes est une trouvaille originale, tout comme l'improbable sex tour qu'elles imposent à leurs victimes. A la lecture de ces pages, tout spectateur masculin évaluera automatiquement ses chances de survie et prendra peut-être conscience de ses limites.

Ce n'est pas le seul élément à noter. On découvre que même si Lucifera a l'apparence d'une humaine, ses gènes de démon lui confèrent de grands pouvoirs. Quiconque essaie de la violer meurt brûlé vite en quelques instants. De plus, elle peut brandir la foudre et fendre un rocher d'un seul coup. Sa confrontation avec Brunhilde est intéressante, bien qu'un peu courte.

Parlons un peu du Diable. Contrairement au tome 1, il n'apparaît pas sous les traits d'un beau jeune homme mais présente une immense tête enflammée. Malgré sa puissance incroyable, il semble craindre Dieu et n'ose d'ailleurs pas prononçer son nom. Enfin, ses invocations sont celles de Dante, un écrivain italien du Moyen Age. Jolie référence.

Enfin, les passages avec Marguerite sont très réussis. On sent bien l'angoisse croissante de la jeune femme alors que les cornes de son bébé poussent. Bien entendu, elle devine que c'est un mauvais signe mais l'instinct maternel se veut plus fort que son bon sens. Cela promet de très belles scènes, surtout que sa vieille servante se doute de quelque chose. Affaire à suivre.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article