Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Vasco Tome 6 : Ténèbres sur Venise

Vasco Tome 6 : Ténèbres sur Venise

Ces derniers temps, des commandants de la marine de Venise sont assassinés. Ce sont là l'oeuvre des cavallieri della Pace. Ces individus sont des aristocrates vénitiens qui ont été démit de leurs fonctions par le doge Marin Falier. Leur but en agissant ainsi est de l'affaiblir afin qu'il proclame sa démission pour se venger. Mais le vieil homme a la dent dure.

En quoi cela concerne t-il Vasco ? A priori rien mais le plus haut magistrat de la Sérénissime République a demandé à sa banque le prêt d'une forte somme pour combattre ses ennemis. Alors qu'ils acheminent eux même l'argent de Sienne à Venise, notre héros et son oncle Tolomeï sont arrêtés par une troupe de cavaliers masqués. Ces derniers leur volent leur trésor, les enferment dans une cage sur un chariot et les poussent dans un ravin.

La mort les attend à coup sur. Mais par une chance inouie, les deux banquiers s'en sortent, secourus par des villageois de la vallée. Une fois rétablit, Vasco décide d'aller se plaindre auprès du seigneur de Vérone nommé Scaliger. Malheureusement, il se jette sans le savoir dans la gueule du loup car c'est justement cet homme qui a ordonné son exécution.

Heureusement, Vasco parvient à se sortir de ce guêpier. Mais entre temps, ceux qui lui ont dérobé son or se font passer pour lui et remettent le trésor eux mêmes à Marin Falier en modifiant ceci dit légèrement le contrat. Sans le savoir, le doge s'engage à céder à la compagnie Tolomeï le gouvernement de l'ile de Candie.

Aux yeux des Vénitiens, cela est très grave. Cela signifie que le doge a vendu pour son propre compte un domaine de l'Etat à des étrangers. Ce n'est pas tout. Dans la foulée, des rumeurs de plus en plus persistantes laissent entendre que Falier aurait pour ambition de transformer la Sérénissime République en tyrannie avec l'aide des marins du capitaine Isarelli.

Cette fois s'en est trop. Vasco tente d'aider le doge mais il est trop tard. Prit au piège, le puissant magistrat qui semblait si stoïque vacille. Prit en chasse par tout Venise, il ne peut s'échapper et est arrêté puis décapité pour haute trahison. Cette fois, les cavallieri della Pace ont parfaitement réussi leur coup.

Quand à Vasco, accusé de complicité, il réchappe de justesse à la mort grace à l'intervention de son frère Lorenzo. On se doutait bien que ce dernier se cachait derrière tout ça. Membre des cavallieri della Pace lui aussi, Lorenzo a monté ce stratagème afin de favoriser Gênes pour qui il travaille. En effet, nous savons déjà que cette ville et Venise sont ennemies et la chute du doge ne peut que favoriser sa rivale.

Il y a donc beaucoup de géopolitique dans cet épisode, comme souvent d'ailleurs. Pour s'en sortir, le doge tente d'acheter le secours des Ottomans. C'est l'occasion de revoir Sophie Cantacuzène, désormais épouse et ambassadrice du sultan Orkhan. Vasco se fait un plaisir de la retrouver brièvement mais malgré le semblant d'amour qu'elle éprouve pour lui, c'est le parti de Lorenzo qu'elle choisit.

Tout comme le numéro précédent, cet album ne se termine pas très bien. A vrai dire, Vasco perd totalement la partie face à son frère cette fois ci, ce qui est une bonne idée. La rivalité entre eux va devenir plus intéressante. Notons au passage que Marin Falier n'était peut-être pas tout à fait innocent de toutes les accusations proférées contre lui. L'auteur laissera à chacun le choix de juger et de déterminer qui des frères Baglioni a donc eu raison cette fois ci.

Quoi qu'il en soit, ce tome 6 demeure excellent. Les dessins sont magnifiques, l'action trépidante et le scénario encore une fois très élaboré. On sent que la série Vasco s'améliore. Si cela continue ainsi, elle se taillera assurément une place de choix dans la bande dessinée franco-belge.

Note : 8/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article