Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Lucrèce Tome 2 : Amour et poisons

Lucrèce Tome 2 : Amour et poisons

Lucrèce Borgia peut souffler. L'homme qu'elle a fait arrêter et décapiter n'est pas Antoine Orsénigo mais un voleur qui lui a dérobé ses papiers sur le chemin. Laissé pour mort dans un marais, l'envoyé de Venise est heureusement recueilli par une certaine Hélène. Aussi belle que généreuse, cette soi disant fille de pêcheur lui offre l'hospitalité ainsi que de l'argent pour acheter un nouveau cheval et atteindre Ferrare à temps.

De son côté, Lucrèce n'en démord pas. Certes, elle n'a pas tué Orsénigo mais son nom n'a pas été inscrit sur de faux cachets français par hasard. Déterminée à connaître la vérité, elle donne le signalement de son ancien amant au capitaine d'Arcore et à tous ses soldats. Ainsi espère t-elle se constituer un réseau qui lui permettra de remonter jusqu'à lui sans pour autant l'arrêter.

La stratégie fonctionne à merveille. En franchissant la porte d'entrée de la ville surveillée par des gardes, Antoine se fait immédiatement identifier, même sous un faux nom. Le soir même, Lucrèce se rend à l'auberge où il réside déguisée en femme du peuple. Bien que malmenée par quelques soudards qui manquent de la violer, elle parvient à le rejoindre.

Les retrouvailles sont d'abord froides. Orsénigo lui avoue la raison de sa présence ici et la menace à laquelle Ornella est confrontée. Toutefois, il ne parvient pas à assassiner Lucrèce pour autant. Ce n'est alors plus qu'une question de secondes avant qu'il ne cède à contre cœur aux charmes de son ancienne maîtresse.

Lucrèce se montre toute heureuse de s'être réconciliée avec son ancien amour et lui promet de l'aider à délivrer sa sœur. Mais à Ferrare, même la duchesse n'est pas totalement libre de ses mouvements. Sa dame de compagnie et conseillère Adrienne Orsini la trahit pour rapporter la nouvelle à son mari dont elle est la maîtresse.

Il est temps de découvrir ce personnage. Alphonse d'Este est environ deux fois plus agé que son épouse. La guerre, la politique et les femmes ne l'intéressent plus, du moins en apparence. Passionné d'art, il laisse volontiers les rênes du duché à Lucrèce bien qu'il ne s'entende guère avec elle.

On aurait cependant tort de le prendre pour un idiot. Certes, Alphonse est le plus cocu des hommes de sa cour mais il le sait et s'en moque. En revanche, il ne souhaite pas que sa femme prenne un amant attitré. Orsénigo devient donc une menace pour lui dont il va tout faire pour se débarrasser.

Ce tome 2 est remplit de rebondissements, à tel point qu'il est difficile de le résumer de manière complète. Les retournements de situation sont fréquents. Les personnages sont mystérieux. Beaucoup ont deux facettes et plus d'un tour dans leur sac. Par exemple, derrière son apparence de femme bonne et pieuse, Adrienne est capable d'empoisonner sans hésiter à l'aide d'un parfum le premier gêneur qui se met sur son chemin.

Ce climat de tensions et d'intrigues a de quoi plaire beaucoup. Il donne un petit sentiment d'insécurité et surtout l'impression que tout peut se produire à la page suivante. Lucrèce est redoutable mais on s'aperçoit qu'elle doit jongler avec d'autres forces. Elle utilise son corps comme une vraie marchandise pour s'assurer la fidélité de ses serviteurs, autant par nécessité que par plaisir. Car elle est consciente que sans eux, elle ne pourrait détenir autant d'emprise. Voilà une conception du pouvoir intéressante.

Un parallèle s'entrevoit déjà entre Lucrèce et Hélène. Toutes les deux sont amoureuses d'Antoine et vont probablement tout faire pour l'aider. Mais l'une est perfide et cruelle tandis que l'autre bonne et douce. On imagine que le cœur du jeune homme va beaucoup naviguer entre les deux femmes.

Ce tome 2 possède un peu plus d'actions que le premier. A plusieurs reprises, Orsénigo distribue quelques coups de poings, ce qui fait quasiment partie du cahier des charges de tous les héros des fumettis à l'époque. En revanche, il ne détient aucune épée ni arme quelconque, ce qui limite vite son potentiel au combat.

Le dessin est excellent. Certes, on note parfois quelques erreurs sur la longueur de la barbe de certains personnages selon les cases. Néanmoins, cela reste très beau et très esthétique. Les traits sont toujours très fins, ce qui confère un aspect très léger au tout. C'est du vrai travail d'artiste.

Et pourtant, aussi bien soit-il, il se voit quelque peu gaché par des coquilles. On note plusieurs erreurs de traductions. Outre les fautes de frappes ou d'orthographe, on voit Lucrèce répéter exactement la même bulle dans les pages 10 et 11. Ce n'est certes pas très grave mais ces petits défauts facilement évitables privent ce numéro du 8/10 qu'il méritait.

En deux tomes, Lucrèce s'est déjà très bien lancé. On sent que l'auteur a de l'imagination à revendre et sait nous en donner pour notre argent en une centaine de planches. Que va t-il advenir d'Antoine ? Lucrèce peut-elle le sauver des griffes de son propre mari ? Son salut viendra t-il de la part d'une autre femme ? Rendez vous au prochain épisode.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article