Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Atalante Tome 1 : Le pacte

Atalante Tome 1 : Le pacte

La mythologie grecque est remplie de héros comme Hercule, Ulysse ou Achille qui possèdent une force et un courage extraordinaires. Mais au milieu de tous ces hommes virils se cache aussi une femme prénommée Atalante. Bien moins connue que ses homologues masculins, elle a pourtant nourri plusieurs légendes. Didier Chrispeels alias Crisse a décidé de les adapter en une série de bandes dessinées que voici.

Parce que son épouse lui a donné une fille et non un fils, le roi Iasos décide d'abandonner son bébé dans la nature. Le nourrisson nommé Atalante est heureusement sauvé par les divinités Hécate, Artémis et Aphrodite. Prises de pitié, les déesses lui offrent plusieurs dons tels que la robustesse, la beauté et une grande vitesse de course ainsi qu'un poignard magique capable de toujours retourner dans son fourreau de lui même.

Fort de tous ces cadeaux, Atalante est ensuite confiée à la rivière dans son berceau tel Moïse. Elle est finalement reccueillie par les faunes, un petit peuple mi homme mi chèvre, et une ourse dans la forêt du Pélion. On croirait voir Mowgli en compagnie des loups dans Le livre de la jungle.

Les années passent. Un beau jour alors qu'elle est enfant, Atalante est capturée par des chasseurs et ramené au pays des hommes qui finissent de l'élever. Une fois devenue une jeune femme, elle ambitionne de devenir une Amazone. Mais avant cela, elle désire accompagner Jason dans sa quête de la toison d'or. Sauf que bien entendu, les Argonautes se montrent trop machos pour l'accepter parmi eux.

C'est alors qu'un faune nommé Pyros lui apprend que les centaures sont devenus soudainement complètement fous et sèment la terreur dans la forêt du Pélion. Cela touche personnellement Jason car il a été un élève de Chiron, le roi des hommes chevaux. Atalante conclut donc un marché avec lui. Si elle rétablit le calme dans ces bois sacrés, elle pourra embarquer à bord de l'Argos.

Une fois de retour sur les terres où elle a grandi, Atalante se heurte à plusieurs centaures. Elle découvre que ces derniers, las de subir une punition des dieux qui rend stérile leurs épouses, ont décidé de se venger sur les autres habitants de la forêt. Ce sont des créatures redoutables qu'il est impossible à vaincre par la force. Heureusement, le vieux sage faune Brassidias trouve un autre moyen.

Une course est organisée entre Atalante et le centaure le plus rapide. Le gagnant dictera ses conditions au vaincu. Si la jeune femme l'emporte, les centaures cesseront toute activité malsaine. Si elle perd, elle deviendra leur esclave sexuel. Heureusement, grace au pouvoir que lui a transmis Hécate, elle triomphe et rétablit la paix dans les environs.

Atalante ressemble à s'y méprendre à une série d'héroic fantasy. Il faut dire que la mythologie grecque est bien aussi riche que le monde du Seigneur des anneaux. Par exemple, les faunes font office d'elfes en plus mignons et moins guerriers. Tout comme eux, ils ne vieillissent quasiment jamais, ce qui n'est évidemment pas le cas des humains.

On a de nombreuses références mythologiques et ce premier tome se révèle très fidèle au récit original. Néanmoins, il peut s'avérer difficile de tout comprendre. Tout le monde ne connaît pas les faunes et même certaines divinités comme Hécate sont moins célèbres que d'autres. Or, ce tome ne contient aucune note explicative, c'est dommage.

La mise en scène est moyenne. Si le début s'annonce prometteur, ça part un peu vite en fouillis. Les scènes s'enchaînent rapidement et les personnages ne sont pas toujours très bien abordés. Mais surtout, l'histoire se déroule en trois ellipses de temps. Pourtant, l'auteur ne prend jamais la peine de le stipuler. C'est au lecteur de deviner tout seul les années qui passent. Il n'était pourtant pas difficile d'écrire « Dix ans plus tard » dans une bulle au coin d'une case...

Beaucoup de choses sont à noter sur le dessin. Celui ci se révèle très exhubérant mais contrairement aux apparences, cette bande dessinée n'est pas destinée aux enfants. En effet, Atalante est hyper sexualisée, au point de faire passer des personnages comme Catwoman et Vampirella pour des femmes pudiques. Même si on ne la voit jamais nue, ses seins remontent constamment à sa gorge et certaines de ses poses sont lascives. C'est clairement assumé à ce niveau et d'ailleurs, l'album n'hésite pas à suggérer de la zoophilie, pratique pourtant très tabou en bande dessinée.

Les cases sont néanmoins riches et dynamiques. Pyros fait office de vraie petite mascotte. Dommage en revanche que les femmes présentent des visages trop similaires. Plus que le dessin, c'est surtout la colorisation d'Anyk qu'il faut souligner. Celle ci est magnifique et très vive. Elle apporte incontestablement son lot de points pour l'instant.

Ce premier tome se lit très vite. Il possède un niveau très correct mais ses défauts l'empêchent d'accrocher une bonne note. Il paraît difficile d'imaginer quelles vont être les prochaines aventures d'Atalante, sauf peut-être si on est un féru des mythes antiques. A défaut d'être exceptionnel, cet album demeure plaisant. On a hâte d'en apprendre plus sur le destin de son héroïne.

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article