Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Angolmois Tome 1

Angolmois Tome 1

An 1274 au Japon. Apprenant qu'il s'apprête à se faire envahir par l'armée mongole, le pays du Soleil Levant décide de lui couper la route d'une manière pour le moins singulière. Au lieu d'envoyer une flotte afin de livrer une bataille navale, il expédie sur l'ile de Tsushima, terre d'escale et de point de rencontre entre les deux nations, des prisonniers tenus jusque ici dans ses cellules.

Déjà condamnés à mort, ces proscrits n'ont à priori rien à perdre et vont devoir se battre qu'ils le veuillent ou non contre les Mongols qui ne feront évidemment pas la différence entre eux et leurs geoliers le moment venu. Du moins en théorie. Car si la manœuvre semble astucieuse sur le papier et permet de faire d'une pierre deux coups en éradiquant une menace par une autre, qui peut vraiment savoir comment se comporteront les exilés ?

Nous suivons tout particulièrement l'un d'entre eux nommé Jinzaburo Kuchii. Ce jeune homme est un samouraï très prestigieux tombé en disgrâce à la suite d'une guerre civile. Escrimeur hors pair, il maîtrise un style de combat des plus efficaces appelé le gikei qui lui permet d'éliminer facilement en un temps record plusieurs ennemis à la fois. Evidemment, c'est le genre de prisonnier parfait pour cette mission.

A côté de lui se dresse un géant appelé Onitakemaru. Ce colosse est un ancien pirate doté d'une force prodigieuse. Arrêté justement par Jinzaburo deux ans plus tôt, on pourrait penser que les deux anciens ennemis se détestent mais ils vont au contraire se respecter et coopérer. En même temps, ils se trouvent aujourd'hui dans le même bateau.

Et c'est peu dire que celui ci est secoué. Dès les premières pages, on fait la connaissance de ces deux individus sur un navire sensé les conduire à Tsuhima. Mais l'embarquation est prise dans une terrible tempête dont vont profiter certains proscrits pour accomplir une mutinerie et jeter de nombreux hommes à la mer. Ca commence bien niveau action.

Et ça ne va pas s'arrêter là. Une fois arrivés à terre, les proscrits sont accueillis par la belle princesse Teruhi qui leur expose rapidement leur sort. Gentille et douce en apparence, cette jeune fille sait cependant se faire obéir. La nuit même, elle va subir une tentative d'enlèvement et se retrouver sauvée par Jinzaburo. C'est ainsi que les péripéties vont s'enchaîner.

En tant qu'ancien militaire, Jinzaburo connaît l'art de la guerre et souhaite participer à l'organisation de la défense de l'ile. Mais le maître des lieux Sukekuni So ne l'entend pas de cette oreille. Père de Teruhi, cet individu s'est certes illustré par des exploits au combat dans sa jeunesse mais c'est maintenant un vieil homme. Dépassé par les événements, il sous estime la menace mongole et pense qu'elle ne passera pas par ici mais raliera directement le Japon.

Sauf qu'évidemment, il se trompe. Quelques jours plus tard, une immense flotte composée de pas moins de 900 navires apparaît à l'horizon et débarque sur Tsushima. La bataille devient vite inévitable. Mais que peuvent faire quelques soldats japonais contre une telle armada ?

Vous l'avez compris, Angolmois est un véritable manga de guerre. Les combats sont nombreux et pas du tout édulcorés. A plusieurs reprises, on voit des têtes arrachées, des bras coupés et des corps transpercés par des sabres. Il y a un vrai côté sanglant qui ravira certainement les amateurs.

Ce n'est pas tout. Même si le scénario paraît pour l'instant assez simple, Angolmois recèle de références à l'histoire et à la culture japonaise. Il y en a d'ailleurs tellement que cela risque d'être difficile à saisir pour les lecteurs qui n'ont aucune notion dans ces domaines. Deux ou quatre pages explicatives en fin de volume auraient été un bonus apprécié.

On note en revanche un gros bémol en ce qui concerne le dessin. En effet, les traits de Nanakiko Takagi sont hésitants et manquent de détails. On sent que l'auteur n'est pas encore un expert dans ce domaine. Les chorégraphies de ses combats ne sont pas toujours très crédibles (Jinzaburo repousse des flèches avec son épée) et les designs de ses personnages ne sont pas assez travaillés. On espère que tout cela s'améliorera car c'est clairement le point faible de ce manga.

A cause d'une mise en scène moyenne et d'un dessin seulement passable, ce premier tome ne parvient pas à accrocher une bonne note. On ne sent pas un potentiel énorme dans ce manga. En revanche, il devrait ravir les amateurs du genre.

Note : 6/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article