Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Vertige

Vertige

L'escalade est un sport à sensations fortes. Il nécessite une bonne condition physique, un formidable sang froid et beaucoup de technique. Fred (Nicolas Giraud) est un expert dans ce domaine. Toujours à la recherche de nouveaux sommets, ce jeune homme emmène ses amis jusqu'en Croatie afin de traverser une via ferrata des plus réputées. Et tant pis si son accès est fermé depuis quelques temps.

Mal lui en prend. En effet, l'ascension va s'avérer de plus en plus périlleuse. Ligne de vie coupée, passerelle qui lâche mais aussi points d'appuis pas assez surs sont au programme. Nous assistons à une première partie du film de haute volée au cours de laquelle toute la beautée mais aussi tous les dangers de ce sport nous sont exposés.

On en a pour son argent. Sans verser le moins du monde dans la surenchère, Vertige se veut très immersif et porte bien son nom. On a beaucoup de vues en contre plongées. De plus, il convient de préciser que les acteurs ne bénéficient d'aucun cascadeur mais grimpent tous ces montagnes véritablement jusqu'à 200 mètres d'altitude. Cela nous confère un bel aspect de réalisme.

Les personnages sont également bien construits. Outre Karine (Maud Wyler) qui forme un couple avec Fred, on a droit à un triangle amoureux en compagnie de Guillaume (Raphaël Lenglet), Chloé (Fanny Valette) et Loïc (Johan Libéreau). C'est intéressant car contrairement à ses compagnons, ce dernier ne se montre pas du tout à l'aise en escalade. Au fil de l'ascension, ses faiblesses lui font perdre des points au profit de son rival qui a déjà été un ex de la jeune fille. Voilà qui est bien trouvé. En plus d'être un symbole métaphorique, la montagne figure aussi en quelque sorte de vrai personnage à part entière.

On pourrait s'arrêter là et ce serait déjà pas mal. Toutefois, Vertige n'est pas uniquement un film d'aventure mais aussi une sorte de thriller horrifique. En effet, une fois parvenus au sommet, nos jeunes gens vont tomber les uns après les autres dans de nouveaux écueils tels que des pièges à loups et des fosses remplies de pics. Ils vont alors découvrir qu'un meurtrier se cache dans cette région sauvage et inhospitalière.

Dès lors, finie leur insouciance. La priorité est de survivre en s'échappant au plus vite des lieux. Mais cela n'est pas facile tant la tyrolienne, seul moyen pour redescendre du pic, est encore loin. Commence alors un macabre jeu du chat et de la souris qui fera pas mal de victimes et révèlera la vraie nature des protagonistes.

Cette seconde partie est assez angoissante et rappelle beaucoup Détour mortel. Comme dans ce film, on a droit à un passage au cours duquel nos victimes visitent l'antre de l'assassin. Toutefois, si celui ci est aussi un ogre consanguin assez sadique nommé Anton (Justin Blanckaert), il apparaît bien moins effrayant. Sa taille et sa force n'ont rien d'impressionnant, ce qui s'avère quand même très préjudiciable au final.

Réalisé en 2009 par Abel Ferry, Vertige montre que le cinéma français peut lui aussi concocter des films d'aventures et d'horreurs, ce qui fait beaucoup de bien à l'hexagone. Malgré des moyens qu'on devine limités, sa photographie est plutôt bonne et ses acteurs se montrent très convaincants. D'une manière générale, l'oeuvre est très bien écrite. Mais avoir choisit un acteur au gabarit normal pour incarner le tueur lui fait perdre des points. La seconde partie se révèle donc finalement un peu moins intense que la première, ce qui est dommage. Néanmoins, Vertige nous distille beaucoup de plaisir lors de sa vision.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article