Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Bigfoot

Bigfoot

Le Bigfoot est aux forêts canadiennes et américaines ce que le Yéti est à la chaîne montagneuse de l'Himalaya. Autrement dit, un mystérieux singe géant qui vit dans des territoires partiellement explorés et qui hante les populations locales. Ces deux légendes se ressemblent beaucoup et certains croient réellement à l'existence de ces créatures. En cette année 2012, le Bigfoot connaît d'ailleurs un regain d'intérêt avec au moins deux films qui lui sont consacrés. Traitons ici du premier.

Téléfilm réalisé par Bruce Davison pour la chaîne Syfy, Bigfoot n'est qu'un divertissement de troisième degré. Mais au moins, il propose un monstre de plusieurs mètres d'envergure qui ressemble à King Kong en plus féroce. L'animal de synthèse est certes mal conçu mais c'est tout de même jouissif d'affronter une telle bête. Et surprenant aussi. D'après les légendes des Amérindiens et des premiers colons, le Bigfoot n'est guère plus grand qu'un homme. Il n'est pas sensé faire la taille d'une maison. On lui a même rajouté des griffes aux pieds afin de le rendre plus effrayant. Impensable chez les hominidés.

Le réalisateur ne joue d'ailleurs pas du tout la carte surprise ni celle du mystère. L'introduction du film est peut-être le passage le plus réussit où on présente la chaîne alimentaire. L'insecte est mangé par la grenouille qui est ingurgitée par le poisson qui est dévoré par l'ours qui est tué par l'homme...qui est piétiné par le bigfoot ! Vous l'avez compris, on voit le singe dès les premiers instants et cela ne s'arrêtera pas tout au long de l’œuvre.

Les scènes d'attaques sont nombreuses et le bigfoot, plus que n'importe quel acteur, est bien la star de cette production. Il se révèle sans pitié face à tous les humains. La comparaison avec King Kong s'arrête à la taille car il ne fait preuve d'aucun sentiment. En revanche, quelle férocité ! Il adore piétiner les hommes ou jouer au football avec eux. Et malgré tout, on ne voit quasiment jamais de sang. On est surprit par ce manque de gore habituellement présent dans ce genre de métrages d'attaques animales.

On a donc de l'action et un monstre ridicule dans la conception mais néanmoins effrayant. Que manque t-il encore ? Un bon scénario (celui là est grotesque), de meilleurs acteurs (seul Danny Bonaduce qui interprète l'animateur radio n'est pas pitoyable) et plus encore, une meilleure réalisation tout simplement.

Vous avez dis ça fait beaucoup ? Effectivement. Lorsqu'on se retrouve dans ce genre de dilemme, on joue en général la carte du sang et du sexe. Ici, ce n'est pas le cas. Comme je l'ai expliqué plus haut, pas une goutte de sang dans la neige. Et pas une belle fille en tenue légère ni la moindre romance. En gros, si Bigfoot commence bien, il s'essouffle vite et n'a rien pour tenir les longueurs. Les héros ne sont pas attachants et le message pour l'environnement pas du tout crédible. Pensez donc par exemple que pour un concert qui réunit en tout et pour tout une vingtaine de figurants, le maire est obligé de faire abattre plusieurs hectares de forêts, réveillant la colère du monstre. Y a pas un problème là ?

La fin ne relève pas le niveau même si le bigfoot vend chèrement sa peau et grimpe sur un monument avant de mourir. Dernière référence à King Kong avant de s'écraser. Au final, Bigfoot n'atteint pas la moyenne. Et on ne peut pas considérer que Bruce Davison ait montré de vrais talents de réalisateur sur ce téléfilm.

Note : 2/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article