Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

La nuit déchirée

La nuit déchirée

Si les chats ont souvent souffert d'une mauvaise réputation à travers l'histoire, ils sont aujourd'hui réhabilités. Doux à caresser, faciles à s'occuper, on les dit aussi apaisants et aspirateurs de stress. Mais savez vous qu'ils peuvent en plus vous sauver la vie contre certains monstres ? C'est ce que l'on va voir dans La nuit déchirée.

Nous suivons l'histoire de Charles Brady (Brian Krause) et de sa mère Mary (Alice Krige). Malgré leur apparence, ces deux personnages ne sont pas des humains mais des monstres. Redoutables prédateurs, ils se nourrissent en aspirant l'énergie vitale des jeunes filles vierges. Ils ne craignent qu'une seule chose, les chats. En effet, aussi curieux que cela puisse paraître, le simple contact avec ces félins peuvent leur infliger de graves brûlures voire les tuer.

Chargé par sa mère de lui ramener une nouvelle victime, Charles jette son dévolu sur Tanya Robertson (Mädchen Amick). Une bien mauvaise surprise attend donc cette jolie jeune fille un peu ingénue. Heureusement, à défaut de vivre son premier flirt amoureux, un chat va l'empêcher de finir dans l'assiette de Charles, ce qui déclenchera le courroux de Mary.

Le point fort de ce film est incontestablement son scénario. Cela semble normal puisqu'il a été écrit par Stephen King en personne. Charles et Mary sont des monstres très intéressants et originaux qui mériteraient de figurer parmi les créatures classiques des films d'horreur entre les vampires et les loups garous. Jugez plutôt.

Dotés d'une force surhumaine, ils peuvent en plus se rendre invisibles à volonté et changer la couleur de certains objets comme des voitures. Leurs pouvoirs de camouflages sont parfaitement au point et leur permettent ainsi d'échapper à la police sans problème en cas de besoin. De plus, ils maîtrisent à merveille leur enveloppe humaine de jour comme de nuit. Seules la présence d'un miroir ou d'un chat peut révéler leur vraie nature. Cela les rend bien plus dangereux que les lycanthropes qui n'opèrent en général que lors des nuits de pleine lune.

Ce n'est pas tout. Toujours en cavale pour ne pas se faire prendre, Charles et Mary parcourent l'Amérique depuis des siècles sans vieillir. Le lien qui les unit s'avère si fort qu'ils se livrent volontiers à l'inceste. Voir un fils copuler avec sa mère est choquant, même dans les histoires d'épouvante. Cet élément prouve que l'on a bien à faire à des créatures particulièrement spécifiques probablement venues d'un autre monde qui ne partagent pas nos conceptions du monde. Cela les rend très mystérieuses.

Malheureusement, si l'idée est intéressante, le film en lui même n'est que moyen. Au vu des effets spéciaux et de la qualité d'image plutôt médiocre, on a l'impression qu'il est sortit dans les années 1970. Or, il a été réalisé par Mick Garris en 1992. Quand on laisse une impression de vintage dès son apparition, ce n'est pas très bon signe...

Le jeu des acteurs n'aide également pas à gagner des points. Tanya tombe trop facilement dans les bras de Charles. Il aurait été intéressant de développer la relation entre eux car le monstre hésite un peu à satisfaire ses pulsions meurtrières avec elle. Un autre personnage aurait même pu être crée pour engendrer un triangle amoureux. Mais en dépit de ce qu'on nous laisse croire au début, La nuit déchirée ne surfe guère sur le romantisme, préférant les relations familiales.

Mais plus que cet élément, c'est surtout l'attitude des policiers qui plombe le final du film. Là, on frôle le jeu catastrophique. La plupart des flics sont inutiles et restent plantés comme des poteaux devant Mary, se contentant de l'interpeller jusqu'à ce qu'elle les exécute les uns après les autres. Certes, nos amis les chats sont heureusement là (et venus ensuite en groupe) mais on pouvait espérer d'avantage des forces de l'ordre.

Attention, La nuit déchirée ne constitue pas un mauvais film. On prend plaisir à le regarder et on ne s'ennuie pas un instant. Mais par rapport à son idée de base, c'est presque un demi échec. Son potentiel en latence demeure énorme et cela vaudrait vraiment le coup qu'un réalisateur de renom se penche sur le sujet pour en produire un remake. Croisons les doigts.

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article