Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Jhen Tome 4 : Barbe Bleue

Jhen Tome 4 : Barbe Bleue

Depuis longtemps déjà, Gilles de Rais demande à ses hommes de main de rabattre les campagnes à la recherche d'enfants. Au mieux, il les attire en donnant à leurs parents une bourse et en leur faisant croire qu'ils le serviront en tant que page. Au pire, il les enlève carrément sans autre forme de procès.

Mais à force, cela finit par se savoir. Si les gens ont trop peur de nommer distinctement le connétable de France, ils l’appellent Barbe Bleue pour évoquer ses nombreux forfaits. L'affaire finit par arriver aux oreilles de Jhen. Cette fois, notre architecte en est sur et certain. Son ami est un fou dangereux qu'il faut arrêter à tout prix.

Mais comment s'en prendre à un personnage aussi puissant qui se croit tout permit ? C'est quasiment impossible. Par conséquent, Jhen joue surtout les moralisateurs et dénonce publiquement les horreurs de son ami sous forme d'une pièce de théâtre appelée sotie. C'est l'affront de trop. Gilles de Rais jette son ami dans une oubliette qui n'est autre que le tombeau d’innombrables enfants morts et carbonisés.

Heureusement, Jhen dispose comme toujours de beaucoup de chance. Grace à l'aide d'une dame du château de Tiffauges appelée Felina prise de pitié pour tous ces enfançons, il s'échappe la nuit et trouve refuge dans une ferme fortifiée comme un véritable petit château par ses soins au début de ce tome.

Malheureusement, le connétable le retrouve très vite. On s'attend à assister à un nouveau siège mais les deux personnages préfèrent plutôt régler cette affaire en duel singulier. Le combat prend alors une tournure incroyable. Suite à un mauvais pas, Jhen glisse dans les douves de la place forte. Amusé et satisfait de l'avoir ainsi ridiculisé, Gilles de Rais décide alors d'en rester là et de faire la paix avec son ami.

Non mais sérieusement, qu'est-ce que c'est que cette farce ? Les deux hommes viennent de manquer de s’entre-tuer et voilà qu'ils se réconcilient comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas tout. Revenu à Tiffauges cette fois en tant qu'invité pour construire la chapelle tant promise, Jhen continue d'entendre des bruits et de voir de la fumée sortir des tours la nuit.

Un soir, n'y tenant plus, il décide d'aller voir Gilles de Rais juste après un meurtre. Prit en flagrant délit à plusieurs reprises, le grand seigneur n'a plus d'autre choix que d'avouer ses fautes. Mais rapidement, la discussion change de sujet pour évoquer la présence d'une statue de la vierge Marie qui pleure dans sa chambre.

Alors là, on touche le fond. Certes, on est dans un contexte chrétien et la religion catholique a un impact sur la vie des gens. Certes, la symbolique n'est pas trop mal avec cette statue qui pleure pour les malheurs de son maître (sans doute à cause des fuites du toit). Mais quand même ! Gilles de Rais ne cesse d'exterminer des centaines d'enfants pour des raisons obscures ! C'est un monstre ! Et au lieu de se jeter sur lui ou de menacer d'avertir le roi, Jhen le sermonne simplement parce qu'il montre ses méfaits à une statue de sainte, ce qui est un sacrilège.

Franchement, c'est du n'importe quoi ! L'amitié a ses limites. Jhen sait que son ami est irrécupérable et pourtant, il ne tente rien contre lui à part multiplier les leçons de morale. Au bout d'un moment, ce n'est plus crédible du tout mais complètement ridicule ! Le Jhen si gentil et courageux du début est lui même méconnaissable.

Cet album est raté de bout en bout. La narration est très lourde et la mise en scène catastrophique. En prime, il contient plusieurs petites scènes érotiques. En général je n'ai rien contre mais elles n'ont rien à faire ici ! D'une part parce qu'elles n'apportent rien à l'histoire et d'autre part parce que cette série est destinée à la jeunesse et non aux adultes ou aux adolescents. Quel est l'intérêt de présenter Jhen à nos petits têtes blondes comme un débauché ?

Cela me fait mal d'écrire cela mais Jacques Martin s'est complètement planté. Le père d'Alix excelle certes dans d'autres périodes historiques mais force est de reconnaître que le Moyen Age ne lui réussit guère pour l'instant. Le dessin de Jean Pleyers est comme d'habitude très beau même si parfois trop statique. Heureusement qu'il est là pour fournir des points car sinon cet album croupirait dans les méandres de la bande dessinée.

Note : 4,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article