Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Poupée d'ivoire Tome 3 : La reine oubliée

Poupée d'ivoire Tome 3 : La reine oubliée

Envoyée chercher de jeunes vierges pour satisfaire son insatiable mari, Théodora Francesca a décidé de saisir cette opportunité pour lui fausser compagnie. De toute façon, elle sent qu'elle risque de bientôt mourir et la vie ne l'intéresse plus guère sans Timok. Ceci dit, elle ignore que celui ci la cherche également de son côté. La mère et le fils vont bientôt se retrouver.

Grace aux indications de son ami chaman, Timok et Yu Lien repèrent la piste du convoi de la reine des barbares. Mais ils constatent que celui ci vient d'être capturé par des Chinois. Après avoir tenté de le délivrer, ils se font finalement attrapper à leur tour. Une vie de captif les attend.

Pendant que Timok se retrouve condamné au travail forcé dans une mine, Yu Lien devient l'une des courtisanes du chef des lieux. On pourrait s'attendre à ce que l'histoire du tome 1 se répète mais ce n'est pas tout à fait ce qui se produit. En effet, ce nouveau maître se révèle bien plus doux que le défunt juge Wung. Assez magnanime et reconnaissant, il ne traite pas trop mal ses esclaves (sauf les eunuques) et aime tendrement sa fille unique Kweng Li.

De son côté, Yu Lien a également prit de la bouteille. Loin de subir les assauts sexuels de ce roi local, elle y prend plaisir et y tire avantage. De plus, elle se découvre des tendances lesbiennes à l'égard de la princesse. Enfin, grâce aux enseignements de Shu Wei, c'est devenue une experte en arts martiaux dont les coups de pieds sont foudroyants.

Ainsi donc, Timok et Yu Lien s'habituent tant bien que mal à leur existence tout en réfléchissant à un moyen de fuir. La tâche ne s'annonce pas aisée car Theodora est plongée dans le coma et ne semble pas disposée à se réveiller. Quand au conseiller Un Oeil qui l'escortait, il est maintenant vieux et faible. Par conséquent, il ne peut guère les aider.

Toutefois, ce n'est pas le cas de Kaliber Khan. Par une nuit, ce chef militaire exécute une attaque surprise foudroyante afin de récupérer son épouse et son fils. Voilà qui est très curieux de sa part car jusque ici, il n'a témoigné que déni pour l'un et pour l'autre. A t-il été touché par le fait que son rejeton l'ait épargné précédemment ? Ou bien est-ce simplement pour lui un prétexte de s'en prendre à des Chinois ?

Quoi qu'il en soit, sa puissance est telle qu'il atteint vite son but, aidé il est vrai en interne par la révolte d'un eunuque. De nouveau libres, Timok et Yu Lien rejoignent la horde mongole où ils sont maintenant pardonnés et acceptés sans réserve. En revanche, ce n'est pas le cas de Theodora. La malheureuse femme succombe malheureusement, sans doute autant à cause du chagrin qui la rongeait qu'au choc reçu lors de l'attaque de sa cariole.

La reine oubliée porte très mal son nom. En effet, Theodora ne fait pas grand chose en réalité à part subir les événements. De plus, si on voit souvent les Chinois s'étonner de la couleur de son teint semblable à une « peau de poulet », on apprend strictement rien sur son passé. Dans ces conditions, elle ne méritait pas de figurer dans le titre du récit.

D'une manière générale, si ce troisième tome se veut plaisant, il souffre néanmoins de plusieurs incohérences. Aucune explication ne nous est fournie sur la Chine. Où nous situons nous géographiquement parlant dans ce numéro ? Pourquoi a t-on à faire à un roi alors que la Chine es sensée appartenir à un empereur ? Comment s'appelle t-il ? Le nom de ce potentat chinois ne nous est même pas donné, ce qui est un comble vu son importance ici !

Ce n'est pas tout. Le comportement de Kaliber Khan n'apparait absolument pas crédible. Et Franz ne fait rien pour. On a l'impression que l'auteur nous impose ses idées du style « C'est comme ça et pas autrement, c'est mon histoire ». Or ce n'est pas de cette manière que l'on traite son lectorat et que l'on installe son œuvre.

Les défauts se répètent de manière récurente d'albums en albums. Hormis ses scènes d'action et son thème assez original, Poupée d'ivoire ne mérite guère qu'on s'y attarde. Dommage car si elle était retravaillée de fond en comble par un tout nouveau scénariste et dessinateur, cette série pourrait pourtant afficher un niveau d'une toute autre ampleur.

Note : 6/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article