Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Poupée d'ivoire Tome 2 : La griffe de bronze

Poupée d'ivoire Tome 2 : La griffe de bronze

Timok et Yu Lien sont maintenant des fugitifs. Nus et démunis d'armes hormis une griffe, ils doivent à tout prix échapper aux hommes de Kaliber Khan lancés à leur poursuite. La tâche s'annonce évidemment très difficile car même si le jeune homme sait plutôt bien se battre et se montrer malin au combat, ses ennemis se révèlent nombreux et acharnés.

Heureusement pour lui, notre couple de fortune croise la route de Shu Wei. Cette vieille femme à moitié sorcière accepte volontiers de les cacher dans sa maison à la campagne sans vraiment poser de question. C'est une aubaine de l'avoir rencontré car Yu Lien se découvre enceinte de l'infâme juge Wung décédé récemment et ne peut donc voyager constamment.

Les mois s'écoulent. Pendant que Yu Lien développe sa grossesse, Timok décide de se lancer seul au devant de ses poursuivants. Certes, il ne peut évidemment les vaincre tous mais en adoptant des tactiques de guérillas, il réussit à éliminer plusieurs petits groupes, dont celui de Udrot, un homme impitoyable spécialiste dans la torture des civils.

Du côté de Kaliber Khan, on apprend une terrible révélation. En réalité, le chef des Mongols espérait que son fils commette une faute similaire à celle du tome 1. Son but était de le pousser à se mettre en quelque sorte hors la loi lui même afin de pouvoir lancer ensuite ses troupes contre lui. Tout cela dans un souci de précaution pour éviter que son fils ne le tue et prenne sa place sur le trône un jour prochain.

A la lecture de ces lignes, vous vous dites que Kaliber Khan est un monstre et vous avez raison. Véritable tyran qui ne montre aucun remord même pour s'en prendre à sa propre chair, il n'a de considération pour personne. Très violent, il se vautre complètement dans la luxure au milieu de nombreuses concubines, et ce même devant son épouse Théodora Francesca. A noter que cette dernière n'est pas n'importe qui. Ancienne noble scythe enlevée pendant sa jeunesse par des barbares, c'est la mère de Timok et elle ne cesse de se faire du souci pour son fils.

La cour des Mongols n'est donc pas glorieuse. Un seul individu en réalité s'y montre digne et honorable. Surnommé « Un Oeil », ce vieillard borgne a élevé Kaliber Khan et lui sert aujourd'hui de conseiller. Sage et magnanime, il se désole de voir que son chef n'a tiré aucune leçon de ses enseignements et se montre d'une telle cruauté.

La griffe de bronze se consacre intégralement à la chasse à l'homme de Timok et Yu Lien. Les combats sont nombreux et violents. En revanche, le scénario se révèle très mince. Les Chinois sont totalement absents, ce qui parraît curieux car on pourrait s'attendre à ce qu'ils exécutent une opération de vengeance pour laver l'affront subit à Feng Tcheou.

Autre surprise, la relation entre Timok et Yu Lien ne se développe guère. Notre jeune homme ne semble plus du tout aussi amoureux de la jeune femme. Pour preuve, il ne la désire pas et ne pense qu'à vaincre ceux qui le traquent et à prendre sa revanche sur son père. C'est plutôt mal fait pour une série qui se veut également romantique.

Les personnages sont très caricaturaux. Le juge Wung et Kaliber Khan se ressemblent énormément dans leurs attitudes. Les autres protagonistes ne sont pas très crédibles. Par exemple, Shu Wei pourrait se montrer intéressante mais non contente d'être déjà une bonne guérisseuse, c'est aussi une experte en arts martiaux capable de vaincre Timok armé. Evidemment, on n'y croit pas un instant.

Les dessins sont peut-être légèrement meilleurs mais la mise en scène reste moyenne. Bien que cet album soit remplit d'actions, il ne s'avère pas très intense. On ne tremble pas pour les personnages, hormis peut-être un peu pour Un Oeil et Yu Lien. De plus, certaines séquences manquent de clarté, notamment celle où Timok fait respirer un étrange gaz à son père.

Ce deuxième tome se révèle déjà bien meilleur que le précédent. Mais cela reste loin d'être suffisant. Franz ne semble pas bien maîtriser son récit et comme il n'est pas très doué dans un autre domaine (dessin, intrigue, émotions...), cela se sent très vite. A moins d'un miracle, on devine déjà que Poupée d'ivoire ne s'inscrira pas dans les annales.

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article