Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Le voyage de Gulliver

Le voyage de Gulliver

Les créatures géantes font en général rêver. C'est encore plus vrai si ce sont des humains et le succès de L'attaque des titans vient le démontrer. Mais imaginez un instant que ce soit vous qui deveniez tout d'un coup un géant pour de minuscules hommes. C'est ce qui est arrivé à Gulliver dont voici l'histoire.

Nous sommes en 1721. Unique survivant d'un naufrage, Gulliver s'échoue inconscient sur une ile inconnue appelée Lilliput. A cet endroit vit un peuple dont les habitants mesurent environ seulement 10 centimètres. Terrifiés à la vue de ce Gargantua, ces derniers profitent de son état de sommeil pour le ligoter solidement et le ramener chez eux.

Déjà, on est dans le burlesque. Il est bien evidemment impossible pour un peuple, si nombreux soit-il, de construire un chariot de cette taille, qui plus est en une nuit. C'est un peu comme si des gens déplaçaient une montagne sur des kilomètres en quelques heures. Mais qu'importe. De toute façon, sitôt réveillé, Gulliver se débarasse vite de ses liens.

Dès lors, c'est la panique. Mais heureusement, Gulliver est pacifique et il va tout faire pour rassurer ces nains qui l'on tout de même ficelé sans sa permission. En même temps, difficile de ne pas avoir peur quand on rencontre quelqu'un de la taille d'un palais. Une fois la situation assagie, Gulliver va aller jusqu'à combattre aux côtés des Lilliputs contre un autre peuple minuscule, les Blefuscus.

Partielle adaptation du roman éponyme de Jonathan Swift parut au 18eme siècle, Le voyage de Gulliver est remplit de longueurs. En réalité, il ne se déroule presque rien. On passe un temps fou à observer les Lilliputs ligoter Gulliver et construire un char à son échelle. Par la suite, la guerre est évidemment très platonique. De par son immense taille, Gulliver ne craint pas grand chose des Blefuscus, bien qu'ils parviennent à voler son pistolet qui fait office à leur échelle de véritable canon.

L'intérêt est ailleurs. Il est original et surtout extrêmement jouissif de voir une telle différence de taille entre les personnages. Contrairement à d'autres histoires sur les géants, ici c'est Gulliver qui possède des dimensions normales et ce sont les Lilliputs qui sont des nains. Cela nous permet de très facilement nous identifier à lui et surtout, cela confère au spectateur un vrai sentiment de puissance. Dommage qu'il ne soit d'ailleurs pas plus exploité. Voir un second homme de taille ordinaire vouloir asservir les nains et combattre Gulliver qui s'y opposerait aurait par exemple été sympathique.

Les dessins sont corrects mais simples et les personnages manquent malheureusement de charisme. Ce qui frappe en revanche, c'est leur interractivité avec la musique. Chaque mouvement de chaque personnage est associé à un son ou à une différente note de musique. L'effort de concordance est des plus admirables et témoigne de beaucoup d'application. Plus qu'un film, c'est surtout à une comédie musicale qu'on assiste.

Crée en 1939 par Dave Fleischer et Paramount Pictures afin de répondre au succès de Blanche Neige et les Sept Nains, Le voyage de Gulliver s'est avéré très inférieur à son modèle. N'est pas Walt Disney qui veut. C'est dommage car avec plus de tonus, de dialogues et de péripéties, ce dessin animé aurait pu se distinguer, au moins à l'époque.

Note : 4,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article