Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Instinct de survie

Instinct de survie

Depuis quelques années, les requins sont carrément surexploités au cinéma et de manières de plus en plus farfelues. On a eut droit à des squales volants pris dans une tempête, nageant sous la neige et même à des fantômes de ces poissons. Autrement dit, à beaucoup de navets… Alors, quand on apprend que Jaume Collet Serra a réalisé en 2016 un film pour une fois sérieux sur ces animaux, on a de quoi pousser un ouf de soulagement.

Titré Instinct de survie, cette œuvre met une scène une jeune femme nommée Nancy venue surfer seule sur une plage inconnue du côté du Mexique. Elle se croit tranquille mais elle va rapidement être attaquée par un grand requin blanc et trouver refuge sur un rocher. A 200 mètres d'elle se trouve la plage et à seulement 40 mètres une tour flottante de secours. Mais comment oser replonger dans l'eau ne serait-ce qu'une seconde quand on connaît le prédateur qui y rode ?

On assiste donc à un huis clos dans la lignée d'Open Water et de Black Water. C'est décidément le procédé qui marche le mieux dans le registre des attaques animales depuis les années 2000. La protection est toujours éphémère. Ces maudits secours ne viennent jamais et il faut donc bien à un moment ou à un autre oser tenter quelque chose pour s'en sortir. Les scénaristes rivalisent donc d'ingéniosité.

Comme il n'y a qu'une seule héroïne, le film repose entièrement sur elle. Magnifiquement interprétée par Blake Lively, Nancy est une vraie battante. Elle possède des ressources mentales insoupçonnées qui justifient bien le titre de l’œuvre. Elle n'abandonne jamais contre le sort qui s'acharne sur elle, fait preuve d'intelligence et réussit même à se recoudre la jambe avec un collier. Il n'y a pas à discuter, c'est une vraie championne de survie !

Malgré tout, il y a trop peu de personnages. Hormis Nancy, tous les autres protagonistes sont de simples faire valoir. A tel point que la mouette qui lui tient compagnie sur son rocher fait figure de protagoniste à part entière. C'est regrettable. Autre défaut majeur du film, ses longueurs. Franchement, mais qu'est-ce qu'on s'en fiche des histoires de famille de l'héroïne ! Ils ne servent à rien à part gagner de nombreuses minutes. Les rares dialogues ne sont pas très efficaces. Quand à l'ivrogne qui dort sur la plage, son intervention est aussi méprisable qu'inutile. On aurait pu s'en passer.

Toutefois, ne nous bloquons pas là dessus car Instinct de survie présente d'excellentes qualités. Tout d'abord, c'est un film réalisé très sérieusement qui montre de superbes images à l'écran. A de nombreuses reprises, la caméra se place sous l'eau afin d'avoir un point de vue sous marin des actions. On découvre ainsi comment s'écrase une vague et comment peut être vu un surfeur depuis un massif de corail. C'est plutôt cool.

Mais venons à ce qui nous intéresse, le requin. Force est de reconnaître qu'il est magnifiquement conçu. On le voit sous tous les angles et il se montre d'une férocité redoutable. A la fin, son acharnement est même exagéré. Quand on a à sa disposition le cadavre d'une baleine, pourquoi aller se casser les dents sur du fer juste pour grignoter une jeune fille vingt fois moins lourde ? Mais bon, on est dans une fiction et on passera outre ce détail.

Le film est haletant et remplit de suspense. Blessée, Nancy trébuche à plusieurs reprises dans l'eau et on tremble à chaque fois pour elle. Elle exploite tout ce qui est à sa disposition pour s'en tirer. A la fin, la mort du squale est vraiment trop « américaine » mais au moins, elle n'est due ni à une bombe ni à des balles mais tout simplement à la malice et à l'audace de la jeune femme.

On sort de ce film content mais encore un peu sur sa faim quand même. Instinct de survie remplit parfaitement le rôle de divertissement qu'on lui demande sans pour autant jouer la carte du sang et du charme un seul instant. Il nous réconcilie avec les shark movies mais d'un autre côté, il avait le potentiel pour faire encore bien mieux ! A cause de quelques défauts, on est passé près d'une œuvre qui aurait pu devenir une référence dans son genre ! Continuez ainsi messieurs les réalisateurs et on pourra peut-être un jour assister à la naissance de l'égal des Dents de la Mer !

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article