Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Terrificolor. Libido

Terrificolor. Libido

Notre histoire se passe en 1785 en Pologne. Trois Péruviens nommés Pablo, Juan et Maria ont investi le château de Niedzica dans le but de trouver des quipu qui leur révéleraient l'emplacement d'un ancien trésor inca. A priori, cela n'a guère de sens. Pourquoi chercher de tels indices ici si loin de l'Amérique du Sud ? Patience, vous allez tout comprendre.

Nièce de Tupac Amaru, un héros de la guerre d'indépendance péruvienne contre l'Espagne, Umina s'est réfugiée en Europe où elle a épousé Sébastian Bersevy, chatelain polonais. Or, par l'intermédiaire de son oncle, elle est la descendante des incas et donc la dépositaire de leurs joyaux.

Si l'or de ses ancêtres ne l'intéresse pas, ce n'est pas le cas des autres personnages. Ses trois compatriotes sont prêts à tout pour s'en emparer, surtout Pablo. Chef du trio en couple avec Maria, ce dur à cuire n'hésite pas à la torturer et la violer pour parvenir à ses fins, en vain. En effet, Umina ne cède pas et emporte son secret dans la tombe, non sans avoir eu la terrible douleur de voir sa fille unique tuée au préalable par ces criminels.

Pourquoi son mari n'est-il pas intervenu ? Malheureusement infirme, Sébastian n'a pu la protéger. Devenu le maître du château, Pablo se lance dans une vaste campagne de fouilles pour trouver ces quipu qui sont forcément cachés quelque part dans le coin. Mais Umina bien que morte n'est peut-être pas encore partie. A plusieurs reprises, son portrait ensanglanté apparaît sur les murs de la forteresse. De quoi glacer le sang de ses bourreaux.

Cet album de Terrificolor se révèle très trash. On y voit beaucoup d'atrocités. Une fillette manque de peu de se faire violer, un personnage est transperçé par une fourche, un autre est égorgé... La palme est sans doute atteinte avec le destin du dernier qui, perdu au fond de la grotte du trésor, devient complètement fou et se fait dévorer vivant par une nuée de chauves souris habitant les lieux.

Les lecteurs en ont clairement pour leur argent côté gore. C'est également le cas en ce qui concerne l'érotisme. A plusieurs reprises, Maria dévoile ses charmes et les utilise pour tenter de soudoyer les habitants du château et obtenir des informations. Aussi cruelle que Pablo qui tient plus de la bête que de l'homme, elle n'éprouve jamais aucune pitié ni remord contrairement à Juan. Mais cela ne sauvera pas ce dernier.

Comme souvent chez Elvifrance, on a droit à quelques surprises. La fin nous offre un joli petit coup de théâtre même si il est peu crédible. Aussi odieux soient-ils, les trois visiteurs péruviens ne sont peut-être pas les seuls méchants de l'histoire. Les hommes malfaisants n'ont pas nécessairement besoin de fantômes pour s'entre-tuer les uns les autres. Et en définitive, ce trésor caché profitera t-il à quelqu'un ?

Ce numéro s'avère très sadique. L'ambiance recèle un joli parfum gothique. C'est un peu dommage qu'il présente peu de personnages. Les trois Péruviens auraient pu rencontrer plus de résistance car on imagine que sous l'Ancien Régime, un seigneur polonais même ruiné aurait pu compter sur quelques hommes pour assurer sa sécurité. En ce qui concerne le dessin, on a droit à un niveau correct mais très classique qui manque de détails. Un épisode intéressant mais pas un indispensable de la série Terrificolor.

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article