Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

L'Attaque des Titans. Hope of the city

L'Attaque des Titans. Hope of the city

L'Attaque des Titans a connu un tel succès que son auteur Hajime Isayama a donné son accord pour que soit produit de nombreuses histoires sur cet univers. C'est ainsi que nous avons eu droit à Before the fall, Birth of Livai ou bien encore Lost Girls. Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à Hope of the city.

L'histoire se déroule au moment de la chute de Shiganshina. Pris de panique, tous les habitants du mur Maria courent se réfugier derrière le mur Rose. C'est ainsi que l'on assiste à un immense exode venant des quatre coins du monde intérieur. Malheureusement, une telle entreprise ne peut s'accomplir en quelques minutes.

A l'ouest, l'évacuation de Quinta prend plus de temps que prévu. Tant et si bien que les titans arrivent et sèment un carnage sur la route. Les humains se retrouvent obligés de battre en retraite et de regagner la ville. C'est ainsi que le district de Quinta devient perdu et coupé du monde tel une ile au milieu d'une mer de géants mangeurs d'hommes.

La situation est catastrophique. Quinta a perdu la moitié de sa population. Tous ses fonctionnaires sont partis à temps et tous ses soldats ont été dévoré ou presque. Tant et si bien que l'autorité politique et militaire échoue sur les épaules d'une jeune fille de 15 ans appartenant à la Garnison, Rita Iglehaut.

Evidemment, ces responsabilités sont beaucoup trop importantes pour une personne aussi inexpérimentée. Malheureusement, Rita n'a pas le choix. Commandant par intérim à regret, elle va devoir éviter les mouvements de panique et les pillages, rationner la nourriture, maintenir l'ordre dans la cité et s'occuper de la défense en cas de nouvelle attaque de titans. Le tout avec uniquement une poignée de soldats encore plus jeunes qu'elle.

Pendant ce temps à Fuerth, district situé à l'ouest du mur Rose, Mathias Kramer s'inquiète pour elle. Fils d'une riche famille de marchands, il a pu se mettre à l'abri à temps grace à son statut social. Mais il ne peut s'empêcher de penser à son amie d'enfance qu'il aime secrètement. A tel point qu'il va tout tenter pour la rejoindre.

Cela paraît incroyable de voir quelqu'un faire le forcing pour sortir des murs alors qu'au contraire tout le monde veut y entrer. De plus, Mathias étant un civil, il n'a aucune idée de comment affronter un titan et ne maîtrise évidemment pas l'équipement tridimensionnel. Ses chances de survies sont infimes. Pour palier ceci, il va devoir s'alier à une bande de hors la loi conduite par l'impitoyable Bernhardt.

Ecrit par Ryo Kawakami, ce roman (appelé light novel au Japon) se déroule au tout début de la saison 1 de la série mère. Il n'est en aucun cas nécessaire de l'avoir vu en entier pour lire ce bouquin. On a aucune référence aux personnages d'origine ni aucun spoilers. Il se veut donc très accessible, même si je conseillerais d'avoir regardé quelques épisodes au préalable, notamment pour mieux visualiser les scènes.

Sans être sophistiquée, l'idée de départ s'avère très convainquante et crédible. Pour l'instant protégée par ses murailles, Quinta est encore à l'abri des titans mais risque d'imploser de l'intérieur. Le travail de Rita est phénoménal mais on imagine qu'il ne réussira pas longtemps à faire illusion. C'est d'autant plus problématique qu'on ne voit pas comment le gouvernement va pouvoir apporter du secours à la ville.

Les deux héros sont attachants, surtout Mathias. Ils font beaucoup penser à Eren et Mikasa, en particulier lors du flash back relatant leur première rencontre étant enfants. C'est sympa de voir pour une fois la Garnison à l'honneur car ce corps d'armée est le plus méprisé des trois. On remarque que Rita sait bien se battre, du moins contre des civils. En revanche, Mathias est plutôt empoté malgré sa bonne volonté, ce qui lui joue des tours.

Passons à la narration. Il faut savoir que ce roman ne contient que trois chapitres et un prologue pour environ 200 pages. Rassurez vous, ce n'est pas du tout indigeste pour autant. A défaut de se montrer accadémique, le style de Kawakami est simple et fluide. Même si le dernier chapitre semble moins bien écrit que les précédents, ce roman se lit très vite sans aucune difficulté.

Hope of the city n'est que le premier d'une série de deux tomes. Il faudra donc attendre pour connaître le destin de Rita et Mathias. En attendant, on se satisfait de ce premier jet. C'est toutefois dommage qu'il ne nous apprend rien de plus que la série mère sur le monde intérieur. Cela aurait été sympa pour les fans de découvrir des informations exclusives. Peut-être cela sera t-il le cas dans le tome 2 ?

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article