Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Vasco Tome 2 : Le prisonnier de Satan

Vasco Tome 2 : Le prisonnier de Satan

Au service de Cola di Rienzo, Vasco est envoyé à Avignon afin de demander au pape de rentrer à Rome. Mais Clément VI n'apprécie guère le ton employé par le tribun de la plèbe. Il refuse l'ordre déguisé en invitation et envoie l'évêque Formose négocier avec lui escorté par le capitaine Malatesta.

Très vite, Vasco devient un ennemi de ces individus qu'il raccompagne en Italie, surtout du soldat. Pour avoir surprit un murmure de complot au palais épiscopal, il figure comme un homme à abattre. Mais décidément, il se montre difficile à tuer. Grâce à une chance inouïe, il réchappe d'une embuscade puis d'un naufrage trafiqué et gagne la ville éternelle peu après les envoyés pontificaux.

On découvre un Rienzo métamorphosé. Trois mois se sont écoulés depuis sa prise de pouvoir et Rome ne lui suffit déjà plus. Il rêve d'unifier l'Italie et de conquérir le Saint Empire Germanique. Sa mégalomanie ne tarde pas à lui attirer les foudres du peuple qui l'avait justement choisi pour défendre ses intérêts et non pour guerroyer à tout bout de champs.

Désabusé, Vasco sent un mauvais coup. Il découvre en réalité que Rienzo est manipulé par Formose et Malatesta à l'aide d'un élixir qui incite à la démesure et au fantasme de la gloire. Leur but n'est autre que de destituer le tribun afin de laisser la place libre pour que Rome soit gouvernée par le pape seul. Chez quelqu'un d'aussi vaniteux que Cola, ce plan ne pouvait que marcher.

Pendant ce temps, la vieille noblesse italienne convoite aussi la cité antique. Chassé lors du premier tome, Petrus Colonna s'allie avec les Orsini pour attaquer Rome. Mais grâce à l'aide inopinée du peuple qui préfère malgré tout ses caprices à ceux des seigneurs, Rienzo parvient à les repousser au cours d'une belle bataille.

Tout danger n'est pas écarté pour autant. Avec ou sans poison, Rienzo est dévoré d'ambition et s'approprie la gloire de ce succès pour lui seul. L'évêque Formose en profite pour exciter le peuple contre lui, ouvertement cette fois. Chassé du pouvoir par les Romains en colère, Cola n'a d'autre choix que de quitter clandestinement la ville qu'il chérit tant avec l'aide de Vasco.

Ce second tome suit directement le premier et s'avère très bon. Il possède un scénario solide et parfaitement maîtrisé. Le récit ne comporte aucun faux rythme et les actions s’enchaînent naturellement. Cette fois ci, l'argent ne sert à rien pour résoudre les soucis, c'est l'orgueil de Rienzo le problème. Ce personnage se révèle de plus en plus intéressant. Il a bon fond et est courageux mais en même temps naïf et beaucoup trop vaniteux. Il se croit même au dessus des autres hommes et élu par Dieu. Pas de doute, Vasco n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs avec lui.

Le dessin est superbe. Gilles Chaillet est vraiment un maître pour dessiner les décors architecturaux. Un progrès est à noter sur la colorisation même si elle n'est pas encore tout à fait parfaite. La mise en scène est de qualité. On a déjà moins de textes explicatifs, le récit est donc plus rapide. En revanche, Vasco parle souvent trop tout seul comme si il devait nous raconter chacune de ses actions. Cela ne fait pas très naturel. Mais bon, on passera ce détail sans difficulté. Le prisonnier de Satan est un album des plus plaisants à lire qui donne envie de suivre les prochaines aventures de Vasco et Rienzo dans le tome 3.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article