Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Shark 3D

Shark 3D

Les requins sont les animaux qui comptent de loin le plus de films à leur actif. Les réalisateurs exploitent depuis des dizaines d'années ces poissons gigantesques. Ainsi, il devient de plus en plus difficile de se montrer original lorsque l'on traite les attaques de ces squales monstrueux venant de la préhistoire. Et pourquoi pas les rendre plus terrifiants encore en les filmant avec des caméras 3D ? L'idée mérite d'être essayée et c'est ainsi que Shark 3D a vu le jour en 2011 de la main de David R. Ellis.

Pour fêter les vacances d'été, Sara Palski (Sara Paxton) invite ses amis de la fac à venir passer le week-end dans sa villa située au beau milieu d'un lac en Louisiane. Mais ce qui devait être un petit séjour de paradis pour les étudiants va vite se transformer en enfer lorsqu'ils découvrent que des requins hantent désormais les eaux tout autour d'eux.

De prime abord, l'histoire semble classique. Le thème des étudiants qui voient leurs vacances de rêve devenir un cauchemar est récurent dans des dizaines et des dizaines de films mais il faut bien convenir que ça marche bien. Et puis, ce n'est pas courant de voir des requins dans un lac sachant qu'ils vivent normalement en mer. Que font-ils là ? En réalité, ils ont été capturé et amenés ici par des hommes. Ces individus mal intentionnés les ont munis de caméras pour filmer leurs attaques sur des êtres humains afin de revendre les images à prix d'or sur le net.

C'est clair, on a vu pire comme scénario. Celui là tient la corde. Du coup, Shark 3D n'est pas un film de requin ordinaire. C'est également un thriller. D'ailleurs, le réalisateur voulait qu'il s'intitule Untitled 3D Shark Thriller. Ce titre aurait résumé tous les éléments de l’œuvre mais la maison de production a refusé et opté pour un nom plus simple (peut-être pour éviter de gâcher la surprise aux spectateurs).

On ne voit ici pas une seule mais plusieurs espèces de requins. Bien sur, le célèbre requin blanc est présent mais il est accompagné par des requins tigres, marteaux, taureaux et mêmes des petits squalelets féroces. Cette diversité est appréciable. Les attaques peuvent donc varier en fonction des aptitudes de chaque poisson.

Et elles le sont ! Le spectateur en a vraiment pour son argent. On peut juste se demander si David R. Ellis n'a pas exagéré sur la vitesse des squales qui rattrapent ici sans aucun problème un bateau à moteur. Mais ce n'est pas très important. Les requins conçus en animatronique et par image de synthèse sont une réussite. En revanche, le réalisateur n'a utilisé aucune image de vrai prédateur pour tourner son film.

Exit également le gore et le sexe. Bien évidemment, on voit du sang (pour attirer les squales) mais à part un bras arraché au début, on ne peut pas dire que le spectacle de chair d'étudiants en mille morceaux soit au programme. De plus, Shark 3D ne contient aucune scène sexuelle et ne montre pas même l'ombre d'un sein. C'est plutôt inhabituel dans ce genre de productions. Pourtant, cela ne manque pas ici au spectateur, ce qui signifie que le réalisateur a fait du bon boulot.

La mise en scène est bonne, l’œuvre tient en haleine jusqu'à la fin et les acteurs jouent bien leur rôle. L'humour est également présent à plusieurs reprises. Shark 3D est un bon divertissement dans le même ton que Piranha 3D et il plaira sans doute au même public.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article