Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Les derniers jours de Pompéi

Les derniers jours de Pompéi

Les années 1950 et 1960 ont vu naître des dizaines de péplums. Il faut dire que ce genre est tellement riche. Il englobe principalement l'Egypte, la Grèce et Rome sur une période de plus de 3000 ans. Les grands personnages, batailles, coups politiques et histoires mythologiques ne manquent pas et constituent une inépuisable source de création pour le cinéma. Mais, au milieu de tout ceci, nous avons également un récit historique beaucoup plus singulier, la destruction de Pompéi par la nature elle même.

Il s'agit probablement de l'un des plus grands drames que l'humanité ait connu si on excepte les guerres. Pompéi était une cité prospère qui vivait sous la bannière de Rome. Mais en l'an 79 de notre ère, une terrible éruption volcanique se produisit. Après des millénaires de sommeil, le Vésuve se réveilla et réduisit en cendres l’île entière, faisant des milliers de victimes. Il est encore aujourd'hui la montagne de feu la plus célèbre du monde entier.

Il fallait évidemment réaliser des films sur cette catastrophe naturelle sans précédent. Les derniers jours de Pompéi est l'un d'entre eux. Il s'inspire du roman homonyme de Edward Bulwer Lytton publié en 1834. C'est plus d'un siècle plus tard en 1959 qu'il voit le jour devant les caméras de Sergio Leone et Mario Bonnard.

L'histoire se passe en 79 quelques jours avant l'explosion. Bien entendu, personne ne se doute de rien. Toutefois, la vie des habitants de la cité n'est pas tranquille car une bande de cavaliers attaque et pille les maisons des aristocrates. Ces voleurs signent leurs méfaits par une croix afin de faire accuser les Chrétiens à leur place.

Glaucus (Steve Reeves) est un centurion ami de l'empereur Titus qui revient dans sa ville natale après avoir servit dans l'armée. Mais sa famille a été assassiné et il va tout faire pour débusquer les coupables. Dans sa quête, il peut compter sur de nombreux amis soldats, un voleur des rues qui joue les Robin des Bois avant l'heure et l'amour de Elena (Christine Kaufmann), la fille du grand préfet maître de la cité Ascanius.

Il va découvrir qu'il s'agit d'un coup monté. Les Chrétiens n'y sont pour rien dans ces meurtres commis en réalité par des gens hauts placés dans le but de nuire aux Romains. Le prêtre égyptien Arbacès (Fernando Rey) conseiller du préfet forme un redoutable duo avec la femme de ce dernier, Julia (Anne Marie Baumann). Ils veulent amasser suffisamment d'argent pour lever une armée de mercenaires et chasser les Romains d'Egypte. Quand on connaît la puissance de Rome à cette époque, on imagine mal leurs ambitions se réaliser mais peu importe.

Le film est très classique. Il a un scénario correct sans la moindre surprise et s’appuie beaucoup sur son héros principal. Steve Reeves est très élégant en soldat romain et interprète bien son rôle. En revanche, on ne peut pas en dire autant pour sa compagne. Christine Kaufmann ne donne pas assez de présence et de charme à Elena, c'est dommage.

Les derniers jours de Pompéi offrent de nombreuses scènes d'actions diverses : course pour rattraper un char, duels entre hommes, combats contre des animaux sauvages...Il y en a pour tout les goûts. Glaucus est un vrai Hercule. Il est regrettable que son affrontement avec les sbires d'Arbacès soit raté car pas du tout crédible et manquant de violence. En revanche, son combat contre un lion dans l'arène est une belle réussite. C'est beaucoup mieux que ce qu'on fait aujourd'hui. Comme quoi, il suffit de prendre un fauve dressé dans un cirque pour produire du spectacle.

Et qu'à y voir le Vésuve là dedans ? On peut vraiment se poser la question car il n'intervient qu'à la toute fin de l’œuvre pour dix minutes environ seulement. On a même l'impression que son éruption se produit au moment même où le scénario arrive à un cul de sac. En tout cas, elle rend service aux héros.

On ne voit pas de lave mais d'impressionnants tremblements de terre. La destruction des monuments causée par le séisme est très bien orchestrée et on voit en détail progressivement la ville qui s'effondre. La population est en proie à la panique et seuls quelques individus arriveront à se sauver par la mer.

L'éruption volcanique est réussie techniquement. Le problème, c'est qu'elle arrive trop tard. L'histoire pourrait se passer d'elle. Elle n'est ici qu'un ingrédient de plus alors qu'on s'attend à ce qu'elle soit un élément central de l’œuvre. Malgré tout, Les derniers jours de Pompéi est un très bon film qui ravira les amateurs du genre. Il n'a aucune chance de marquer l'histoire du cinéma mais demeure un excellent divertissement.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article