Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

La chèvre de monsieur Seguin

La chèvre de monsieur Seguin

Les chèvres font partie des animaux domestiques les plus difficiles à élever. Agiles et dotées d'un tempérament intrépide, elles ne cessent de sauter les barrières de leurs enclos pour gambader en pleine nature contrairement aux vaches ou aux moutons. Au 19eme siècle, Alphonse Daudet a écrit une histoire sur ce phénomène intitulée La chèvre de monsieur Seguin. Et en 1997, elle a eut droit à son adaptation en dessin animé que voici.

Le vieux monsieur Seguin apprécie beaucoup les chèvres. Malheureusement, chaque fois qu'il en achète une, celle ci finit par s'enfuir de sa ferme pour rejoindre la montagne. Or là bas vit un loup féroce qui finit tôt ou tard par la dévorer. L'histoire se répète à chaque fois inlassablement. Pourtant, monsieur Seguin n'en démord pas. Il veut parvenir à tout prix à garder une chèvre chez lui.

Afin de l'aider, ses autres animaux décident de se montrer particulièrement gentils avec la nouvelle venue nommée Blanquette. Très bien accueillie, cette dernière se sent tout de suite comme un poisson dans l'eau ici. Mais très vite, sa nouvelle maison lui paraît trop petite et l'appel de la montagne trop séduisant.

Malgré la surveillance du brave chien Polo, elle parvient à s'échapper au cours d'une nuit. On s'attend à ce qu'elle rencontre aussitôt le loup mais elle croise la route d'un jeune bouquetin de son age nommé Noiraud. Ce dernier lui fait visiter la montagne et l'intègre dans sa propre horde en dépit des réticences de son père.

Blanquette se sent en sécurité avec Noiraud et gambade sans cesse avec lui de partout. Mais que peuvent sérieusement faire deux chevrettes face à un loup adulte ? De plus, monsieur Seguin ne s'avoue pas vaincu si facilement cette fois et décide de partir à sa recherche dans les bois, quitte à dormir dehors pendant plusieurs jours.

Ce conte est avant tout une mise en garde pour les enfants qui désobéissent à leurs parents. En cas de bêtise, le loup les attend au tournant prêt à les dévorer tout crus. Mais c'est aussi une petite réflexion philosophique. Vaut-il mieux préférer la liberté ou la sécurité ? Voilà un dilemme toujours cruel où chacun peut apporter sa réponse personnelle.

Quoi qu'il en soit, cela se termine mal pour Blanquette. La chèvre rencontre tôt ou tard son prédateur. Elle réussit par chance à lui échapper une fois mais pas deux. Et malgré une longue résistance héroïque, elle finit par mourir d'épuisement. Monsieur Seguin arrive trop tard pour la sauver. Quelle triste histoire pour ce pauvre homme accablé par la tragédie.

Ce dessin animé possède une petite double lecture. Les enfants qui le regardent se mettent évidemment du côté des animaux qui ont chacun leurs propres caractères. Par exemple, la poule et la canne ne cessent de se disputer. Le coq essaie tant bien que mal de chanter. Beaucoup d'animaux sont vieux tout comme leur maître. C'est surtout le cas de l’âne Oscar et du chien.

Maintenant, en tant qu'adulte, on peut également se mettre à la place de monsieur Seguin. Ce vieux célibataire endurcit est l'unique humain de toute l'histoire. Probablement rongé par la solitude depuis longtemps, il ne lui reste que ses animaux et c'est pour ça qu'il les aime autant. Ceux ci en retour lui sont entièrement dévoués. Il existe un fort lien d'affection entre le maître de la ferme et ses occupants, même pour Blanquette. C'est juste que pour elle, ce n'est pas suffisant pour la retenir.

Cet animé dure un peu moins d'une heure. C'est un peu court. Cependant, il est très bien dosé. Le loup n'effectue que de rares apparitions mais on sent sa présence inquiétante de partout. Son design est vraiment effrayant et très musclé. C'est le grand méchant du film.

L'histoire est fidèle au conte et les ajouts sont malicieux. Noiraud est très sympathique. En revanche, l'ours Grison est plus discutable. Dérangé par les deux chèvres dans sa grotte pendant un orage, il ne cherche aucunement à les manger et va même les aider à rentrer chez elles. Pourtant, c'est lui aussi un prédateur. De plus, hormis sa taille il n'a rien d'impressionnant et on se dit que le loup pourrait presque le vaincre ou du moins le blesser sérieusement si ils s'affrontaient un jour.

Les dessins sont très beaux. Seul problème, ils sont parfois reproduits à l'identique dans plusieurs scènes différentes. De plus, l'animation des personnages est parfois lente dans des grands plans d'ensemble. Néanmoins, cela reste un dessin animé très propre et agréable à regarder. Il ne comporte presque pas de chanson, ce qui est rare pour une production de cette époque.

Bien sur, on aurait aimé voir un peu plus le loup à l'action. Il aurait par exemple pu attaquer toute la horde de Noiraud et combattre son père, un bouquetin aux cornes imposantes. Cela aurait pu donner lieu à un joli duel plutôt incertain. Mais les producteurs n'ont pas voulu s'égarer et en faire trop. De même, pour ne pas choquer les enfants, ils n'ont pas montré vraiment la mort de Blanquette. On ne la voit jamais saigner ni se faire mordre mais seulement s'écrouler de fatigue. On devine cependant que c'est la fin pour elle.

Ce conte fait partie de ceux qui ont rendu le loup détestable auprès de la culture populaire européenne. Dans cet animé, c'est le seul animal qui n'a pas de nom et son comportement ressemble plus à celui d'un félin que d'un canidé. Toutefois, on passera outre ce détail. La chèvre de monsieur Seguin est un excellent dessin animé que l'on peut faire découvrir les yeux fermés à tous les enfants.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article