Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Superman. Red Son (2003)

Superman. Red Son (2003)

Superman est l'un des symboles et le protecteur de l'Amérique. Mais imaginez un instant que son vaisseau spatial soit arrivé sur la Terre 12h plus tard. Il n'aurait pas atterrit aux Etats Unis mais en URSS. Et dans le contexte de la guerre froide, il aurait pu être une arme de premier choix pour Staline et le régime soviétique. C'est ce qu'a imaginé Mark Millar. Avec les dessinateurs Dave Johnson et Kilian Plunkett, il a crée l'uchronie Red Son en 2003. La voici.

L'histoire commence au début des années 1950. Moscou décide de rendre publique sa toute nouvelle arme. Un homme venu de l'espace doté de pouvoirs extraordinaires et imprégné depuis sa prime enfance des valeurs communistes. C'est l'instrument de pouvoir par excellent. Excellent outil de propagande qui donne l'impression à la Russie d'être aussi indestructible que lui, capable d'entendre tout à des milliers kilomètres de distance et donc de démasquer le moindre complot ennemi du régime, il est en plus entièrement dévoué à Staline. Pour le petit père des peuples, c'est un formidable cadeau tombé du ciel.

En apprenant la nouvelle, les Américains sont pris de panique. Le président se rend rapidement compte qu'aucune arme même nucléaire ne peut venir à bout de Superman. Il décide donc de faire appel au cerveau le plus brillant de la planète, Lex Luthor. Dans cette dimension, celui ci est marié à Loïs Lane. Ravi de trouver un adversaire à sa mesure, il se met immédiatement au travail.

On pourrait croire qu'avec une telle puissance à sa disposition, Staline tente d'envahir les Etats Unis mais ce n'est pas dans ses intentions. En réalité, Superman n'est pas un simple soldat que l'on manipule à sa guise. C'est un humaniste qui entend protéger tous les humains de la planète peu importe leur nationalité. C'est ainsi qu'on le voit sauver des Américains d'accidents, pas seulement des Russes. Staline s'en sert donc surtout d'arme de dissuasion à quiconque voudrait attaquer l'URSS.

Néanmoins malgré cette attitude pacifique, les Etats Unis ne peuvent supporter l'idée d'être relégués au rang de deuxième puissance mondiale. Luthor crée donc son propre Superman, Bizarro. Mais c'est un clone raté. La créature se révèle moins forte que l'original et épouse ses idéaux au lieu de chercher à le tuer. C'est ainsi qu'elle se sacrifie pour sauver Londres d'un missile.

Peu après, Staline meurt. Pyotr Roslov son fils devait lui succéder mais le peuple réclame Superman. D'abord peu intéressé par le pouvoir, celui ci accepte un peu à contre cœur de prendre les rennes de la Russie afin de créer un monde idéal et lutter contre la famine. Mais contrairement à son prédécesseur, il refuse de construire son utopie sur le cadavre de ses ennemis. Ainsi donc, l'homme le plus puissant du monde est monté à la tête de l'Empire le plus puissant du monde.

De nombreuses années s'écoulent. Superman convertit peu à peu tous les pays du globe au communisme, éradique les pandémies et le chômage, combat les robots que lui envoie Luthor de temps à autre et multiplie les sauvetages avec son acolyte Wonder Woman. Seuls les Etats Unis résistent encore par fierté mais leur système capitaliste s'effondre peu à peu pour laisser place à l'anarchie.

Toutefois en Russie, certains n'apprécient pas ce monde trop parfait qu'a mit en place Superman et qui prive les individus de quelques libertés. C'est le cas de Batman en particulier. Et oui, aussi étrange que cela puisse paraître, nous avons un chevalier noir en URSS. Il ne s'agit pas de Bruce Wayne mais d'un homme brisé qui a tout comme lui vu ses parents être assassinés devant ses yeux parce que c'étaient des opposants au régime.

Batman multiplie les attentats terroristes contre le régime. Et bien que privé de batmobile (celui là n'est sans doute pas un multimilliardaire pour s'en construire une), il se révèle assez habile pour échapper aux soldats russes. C'est alors que Pyotr vient le trouver et lui propose le marché. Il lui offre son aide pour vaincre Superman. Après cela, il pourra enfin monter sur le trône. Plutôt culotté de la part de celui qui a exécuté ses parents des années plus tôt.

Nous avons l'habitude que l'homme chauve souris agisse seul et combatte le crime. Mais ce Batman est beaucoup plus axé dans la politique. Et en idéaliste, il accepte cette offre, tout en sachant que les renseignements fournis par Pyotr proviennent en réalité de Luthor lui même. Ce dernier a en effet trouvé le poing faible de l'homme d'acier.

Peu après, Superman tombe dans un piège. Affaiblit par d'intenses rayons rouges ressemblant à ceux de sa planète natale, le président de l'URSS se fait surprendre. Enfermé dans une cave, il ne doit son salut qu'à Wonder Woman qui sacrifie sa jeunesse et sa beauté éternelles pour le sauver. Vaincu, le chevalier noir préfère se suicider à l'aide d'une bombe plutôt que tomber dans les mains de son ennemi.

De nouvelles et longues années s'écoulent. Nous sommes maintenant en 2001. Les Etats Unis sont sur le point de capituler lorsque Luthor arrive à la présidence. En quelques mois, il remet le pays à flot grâce à son génie et redonne espoir aux Américains. Il a une nouvelle arme avec lui, la bague verte d'un Green Lantern qui s'est écrasé sur Terre en Amérique. Il la confie au colonel Hal Jordan et se dote ainsi de son propre super héros en chair et en os pour combattre Superman. Ça change des robots en métal.

On se dit que pour une fois l'affrontement va être serré, surtout que les Amazones se rangent du côté de l'Amérique. Mais lorsque celle ci attaque l'URSS avec toutes ses forces, Superman repousse cette invasion assez facilement, il est vrai aidé par l'extraterrestre Brainiac. Mais alors qu'il est sur le point de gagner, Luthor lui ouvre les yeux et lui fait enfin comprendre que sa méthode n'est pas la bonne. En dépit de ses intentions louables, son régime reste une dictature. Rongé par les remords, l'homme d'acier comprend qu'il a été manipulé des années plus tôt par Brainiac et se sacrifie pour sauver la planète bleue d'une gigantesque explosion.

C'est le triomphe de Luthor. Ainsi donc, un simple humain aussi doué soit-il est parvenu à vaincre deux surpuissants aliens. Sans Superman, l'URSS s'effondre. Sous l'impulsion de son président, l'Amérique devient enfin la seule superpuissance dix ans après notre réalité. Mais ce n'est pas tout.

S'appuyant sur les notes laissées par son grand rival, Luthor élabore un nouveau gouvernement et une toute nouvelle civilisation. Les hommes vivent désormais des siècles, obtiennent des pouvoirs et ne craignent plus les maladies. Ils deviennent la race la plus puissante de l'univers. Jusqu'à ce que, des milliers d'années plus tard, un certain descendant de Luthor nommé Jor-L prédise la fin imminente de la planète.

Vous devinez la suite. Dans cette histoire, Krypton n'est autre que la Terre rebaptisée et les Kryptoniens ne sont autre que des humains qui ont été génétiquement modifiés grâce à Luthor. Ainsi donc en voulant sauver Kal-L, ses parents ne l'envoient pas sur un astre lointain mais dans le passé. La boucle est bouclée.

Cette conclusion est tirée par les cheveux et un peu trop ambitieuse. Certes, personne ne sait ce que pourrait faire Luthor si Superman n'était pas là pour le gêner dans la vraie trame. Mais quand même, de là à transformer Terre en Krypton, cela fait beaucoup !

Cette histoire divisée en trois chapitres est évidemment très bonne et très intéressante. Elle comporte néanmoins des défauts. En effet, l'effondrement de l'Amérique et du capitalisme simplement parce que Superman se trouve dans l'autre camp paraît clairement abusé. Les Etats Unis possèdent d'autres super héros pour faire face à l'homme d'acier, notamment la Ligue des Justiciers.

Le cas Batman pose un vrai problème. En effet, ce chevalier noir est très éloigné de l'original. On sent qu'il a été crée uniquement pour faire un nouvel affrontement mythique Batman vs Superman toujours très vendeur mais un super vilain aurait pu jouer quasiment le même rôle.

De plus, ce n'est parce que cet homme chauve souris existe en URSS que le notre n'existe pas en même temps aux States. Le seul changement dans cette uchronie réside dans le point d’atterrissage de la fusée de Superman lorsqu'il était bébé. Par conséquent à Gotham, le petit Bruce Wayne a bel et bien du voir ses parents mourir. Et une fois devenu adulte, il aurait pu aider Luthor à maintenir le nouveau monde à flot. On aurait même pu avoir un autre match entre les deux super héros, chacun représentant un continent et une idéologie différente.

La mise en scène et le dessin sont bons sans pour autant qu'on crie au génie. Le premier chapitre est de loin le meilleur car c'est lui qui présente toute la situation et prend son temps. A l'inverse, à la fin les événements s'enchaînent trop vite. Il est cependant très sympathique de voir cette histoire se dérouler sur plus de cinquante ans. Les personnages évoluent à l'image de Loïs Luthor qui se fait de moins en moins d'illusions sur son mari. De plus l'originalité de l'idée mérite d'être récompensée. Red Son n'est pas tout à fait le chef d’œuvre espéré mais c'est néanmoins un magnifique album à lire pour les fans de l'homme d'acier.

Note : 8/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article