Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Yoko Tsuno Tome 2 : L'orgue du diable

Yoko Tsuno Tome 2 : L'orgue du diable

Alors qu'il navigue sur le Rhin afin de tourner un reportage sur les légendes de Loroleï, notre trio de l'étrange fait la connaissance d'une jeune femme appelée Ingrid. Sauvée de justesse de la noyade par Yoko, elle lui apprend que son père ingénieur est mort récemment alors qu'il travaillait sur une mystérieuse orgue. Mais a t-il fait un accident ou été victime d'un assassinat ? Il n'en faut pas plus pour que Yoko mène l'enquête.

Tout en échappant à de nombreuses tentatives d'assassinat, ses investigations vont la conduire au château du Katz qui surplombe le fleuve et sa région. Habité par le riche Otto Meyer et son neveu Karl, cette construction abrite une citerne cachée et une chauve souris d'Amérique du sud appelée roussette mais aussi et surtout un orgue gigantesque.

Il est temps de nous intéresser plus précisément à cet objet. Selon une légende, un ingénieur aurait vendu son âme au diable pour créer une orgue produisant une musique inconnue au 16eme siècle. Et pour cause, il s'agit en réalité d'ultrasons capables de faire perdre la raison à ceux qui les écoutent trop fort.

Pour palier ce problème, le père d'Ingrid a mit au point des casques ressemblant beaucoup aux haumes des chevaliers du Moyen Age. Mais justement, afin de rendre son oncle fou et ainsi s'emparer de sa fortune, Karl a prit l'habitude de le placer sans protection régulièrement près de l'orgue. Ayant tout découvert, le père d'Ingrid a menacé de prévenir la police. Voilà pourquoi il a été tué.

A la lecture de ce tome, on est frappé par l'omniprésence de Yoko. Magnifiée de bout en bout par diverses tenues qu'elle prend plaisir à changer, elle porte cette histoire à elle toute seule sur ses épaules. Intelligente mais aussi malicieuse, ella a tout pour séduire. De plus, ses acrobaties dans le vieux château feraient presque croire que l'on voit Lara Croft en personne, les pistolets et l'oppulente poitrine en moins cependant.

Mais outre ce personnage des plus réussis, il faut souligner la qualité de l'ensemble de l'album qui est magistrale. Le rythme est tambour battant (beaucoup plus rapide que le numéro précédent). Yoko frôle la mort à de très nombreuses reprises tout au long des 46 pages et c'est finalement presque un miracle qu'elle ne s'en sort qu'avec une épaule froissée.

Le scénario est très intéressant. On sent clairement que Roger Leloup s'est rendu dans cette région d'Allemagne et s'est beaucoup documenté sur les légendes locales. Son récit est maîtrisé de bout en bout et n'oublie pas de nous fournir pas mal de gags entre deux cascades et courses poursuites. Sa patte graphique est du même accabit. En de si petites cases, il parvient à nous offrir une panoplie de détails impressionnante. Chapeau l'artiste !

L'orgue du diable se révèle être un grand album qui ne souffre quasiment d'aucun défaut. On sent bien l'influence d'autres bandes dessinées comme Tintin dans le développement de la trame. Si tous les numéros suivants sont du même niveau, Yoko Tsuno sera à coup sur une grande série du 9eme art.

Note : 8/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article