Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Yoko Tsuno Tome 1 : Le trio de l'étrange

Yoko Tsuno Tome 1 : Le trio de l'étrange

La bande dessinée franco belge est extrêmement riche. Nombre de ses titres et personnages sont mythiques et traversent des générations de lecteurs. Mais d'autres sont un peu moins connus bien qu'ils comptent une multitude d'albums à leur actif. C'est le cas de Yoko Tsuno. Crée en 1972 par Roger Leloup, cette Japonaise possède presque 30 numéros à son palmarès et il est donc grand temps de la découvrir.

Yoko Tsuno est une ingénieur en électronique venue en Europe pour chercher du travail. Elle rencontre rapidement le réalisateur Vic Vidéo et son caméraman Pol Pitron. Ces deux jeunes hommes lui proposent de l'engager en tant qu'ingénieur du son afin de mener un documentaire sur la spéléologie. Yoko accepte avec joie. C'est le début d'une grande aventure.

Notre trio se rend dans une grotte souterraine envahie par l'eau afin d'effectuer quelques prises de vue avec leur caméra. Mais soudain, ils se retrouvent aspirés par un mystérieux siphon qui est en réalité un énorme tuyau. Et ils débouchent sur un monde secret sous le sol remplit d'humains à la peau bleue, les Vinéens.

Ces extraterrestres sont venus sur la Terre il y a 400 000 ans après que leur planète d'origine ait été détruite par une étoile. Dotés d'une technologie incroyable, ils confient les clés de leur existence à un immense ordinateur central qui prend les décisions à leur place et dicte la marche à suivre.

On se doute qu'il est dangereux d'agir ainsi. Bien que férue des nouvelles technologies, Yoko se méfie de l'intelligence artificielle. Et avec raison. En effet, celle ci s'est corrompue toute seule au fil du temps et est devenue une immense boule d'énergie qui parle, pense, agit et met tout le monde en esclavage.

L'ordinateur veut détruire Yoko. Il en est de même pour Karpan. Contrairement aux autres Vinéens, cet individu n'est pas pacifique mais au contraire belliqueux. Heureusement, notre trio de l'étrange est protégé par une jeune femme nommée Khâny et sa petite fille Poky.

L'album se veut assez animé. On assiste à une longue course poursuite à bord d'un train magnétique et à quelques brefs combats à main nue. Non contente d'être ingénieur, Yoko se débrouille également très bien dans le domaine des arts martiaux. Elle est capable de maîtriser un homme sans la moindre difficulté. Toutefois, elle n'utilise ses prises qu'avec parcimonie lorsque cela est vraiment nécessaire.

Intelligente, gracile et athlétique, Yoko semble ne posséder aucun défaut. C'est une héroïne parfaite. Toutefois, il ne faudrait pas sous estimer non plus ses deux camarades qui l'entourent. Pol Pitron joue la plupart du temps un rôle comique mais il s'avère capable de très bonnes interventions parfois comme lorsqu'il cache un désintégrateur (sorte de pistolet) dans une boite de tartines. Quand à son patron et ami Vic, il fait une très bonne impression au début du récit, à tel point que l'on pense d'abord que c'est lui le héros principal, puis s'éclipse un peu à la fin.

On pourrait croire que le scénario est bien maîtrisé. Mais cela n'est qu'à moitié vrai. Certes, l'histoire est très fluide et présente superbement les personnages d'entrée de jeu. De plus, l'auteur met un point d'honneur à utiliser des termes techniques pour expliquer la technologie des Vinéens. Il ne se moque pas de ses lecteurs, c'est appréciable. En revanche, il fournit trop peu d'informations sur ses extraterrestres. Les Vinéens sont arrivés sur Terre à l'époque de l'homme des cavernes. Encore aujourd'hui, ils possèdent une technologie supérieure à la notre. Pourtant, ils n'ont jamais cherché à coloniser la planète bleue et se cachent des humains. Pourquoi tant de méfiance ? De plus, comment ont-ils fait pour n'être jamais repérés plus tôt ? On aurait apprécié d'autres explications qu'un simple « c'est l'ordinateur qui en a décidé ainsi ».

Le dessin est très bon. Roger Leloup a un style plutôt humoristique qui se rapproche un peu des traits de Spirou. Les couleurs sont bien choisies mais souffrent de quelques petites erreurs. Par exemple sur la première page, le pull de Pol est vert et devient jaune dès la case suivante. A noter que chaque planche contient 10 cases en moyenne. Cela fait beaucoup mais c'était le format de l'époque, ce qui procurait des histoires plus longues qui prenaient d'avantage leur temps lors de la mise en scène.

Ce premier tome de Yoko Tsuno s'avère très convaincant. Il a le mérite de présenter une héroïne des plus originales. A la fin de l'album, notre Asiatique semble interroger les lecteurs pour savoir si il y aura ou non une suite. Nous connaissons déjà le résultat. On a pas fini d'entendre parler du trio de l'étrange.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article