Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Spiderman. Intégrale 1962/1963

Spiderman. Intégrale 1962/1963

« Les héros costumés, ça vous branche ? Entre nous, à la rédaction, on les appelle les gars en caleçons longs. Le concept n'a rien de neuf, c'est vrai. Mais faites nous confiance, Spiderman est radicalement...différent ! ». Telles sont les toutes premières phrases que l'on peut lire dans la toute première histoire de Spiderman. Il est vrai que lors de son apparition en 1962, l'homme araignée ne ressemble pas aux autres super héros connus. C'est un adolescent alors que les autres sont des hommes matures. C'est un gringalet contrairement aux autres qui sont beaux et charismatiques. Et surtout, c'est un timide tandis que les autres sont surs d'eux. Stan Lee (scénariste) et Steve Dikto (dessinateur) ont donc réalisé un sacré pari lors de sa création. Un pari qui s'est pourtant avéré très vite sacrément payant.

Dès la toute première case, le ton est donné. Peter Parker est un jeune lycéen aussi doué à l'école que timide avec les autres. Méprisé par ses camarades qui le surnomment « Polard » et se moquent de lui ouvertement, il trouve refuge dans les sciences qui le passionnent. Mais un beau jour lors d'une exposition, une araignée radioactive le mord. Déboussolé, Peter comprend en rentrant chez lui que cet arachnide lui a transmit certains pouvoirs. Devenu soudainement extrêmement agile et fort, il possède également une adhérence qui lui permet de tenir collé sur les murs.

Pour cet adolescent qui a pendant toute sa vie été un faible, c'est le choc et la tentation de prendre sa revanche sur les autres est trop grande. C'est ainsi qu'il se met au catch et aux shows télévisés. Désireux de garder l'anonymat dans un premier temps, il se fabrique un costume et se fait appeler Spiderman. La gloire et l'argent coulent à flot. Mais pas pour longtemps.

Un soir de représentation, Spiderman refuse d'aider un agent de police à arrêter un criminel qui se trouvait sur sur son chemin. Quelques jours plus tard, il apprend que ce même individu vient d'assassiner son très cher oncle Ben qui l'a élevé avec sa tante May. En apprenant cela, l'adolescent se sent coupable et fond en larmes. Son égoïsme lui a coûté très cher.

Ce tragique épisode est évidemment très connu et a été raconté des dizaines de fois au fil des années. En revanche, ce qu'on sait un peu moins, c'est que ce n'est pas cela qui a directement conduit Peter à devenir un super héros comme on le croit tous. Confronté aux problèmes d'argent de sa tante depuis le récent décès de son oncle, sa priorité est avant tout de gagner des billets. Fait surprenant, il hésite même à cambrioler une banque avec ses pouvoirs avant de se raviser et de miser sur le show business.

Malheureusement, sa carrière ne va pas durer longtemps. En effet, l'éditorialiste du journal le Daily Bugle nommé Jonah Jameson l'accuse d'avoir un comportement suspicieux et d'être un hors la loi. A cause de ce grand patron de la presse, les spectacles sur l'homme araignée deviennent soudainement interdits. Et notre tisseur se retrouve donc démunit de travail.

Le lendemain, toute la ville de New York se réunit autour du lancement d'une navette conduite par John Jameson, le fils du journaliste. Malheureusement, l'opération tourne mal car rapidement, une pièce se détache de la navette. Le vaisseau est sur le point de s'écraser mais heureusement, Spiderman intervient. A l'aide de ses pouvoirs et de ses fils chimiques qu'il a conçu lui même, il parvient à atteindre l'appareil avec une pièce de rechange, sauvant ainsi l'astronaute.

Ainsi donc, contrairement à ce que l'on croit, le premier sauvetage de la carrière de Spiderman n'est pas contre des criminels. C'est plutôt un acte héroïque que lui seul pouvait accomplir pour sauver le fils de son ennemi. On se dit alors que les spectacles vont logiquement reprendre et que le tisseur va être célébré comme un véritable héros. Mais c'est tout le contraire qui se produit. En effet dès le lendemain, Jonah Jameson l'accuse de complot. Et l'influence de cet individu est telle que très vite, Spiderman acquiert une mauvaise réputation auprès de la population, y compris de tante May.

Déboussolé, l'homme araignée décide de contacter les quatre fantastiques. Mais après un petit combat contre eux au cours duquel il se débrouille très bien, il renonce à intégrer leur groupe en comprenant que leurs actions ne sont pas lucratives. Dans le même temps, le tout premier super vilain de la série fait son apparition. Il s'agit du Caméléon.

Expert en déguisement, ce criminel est capable de se faire passer pour n'importe qui en un instant. Désireux de voler des plans secrets pour les revendre à l'URSS (pour rappel nous sommes à l'époque en pleine guerre froide), il veut en plus faire porter le chapeau à Spiderman en revêtant son costume. Heureusement, le tisseur intervient vite et grâce à son sens de l’araignée qui agit comme un véritable radar, il arrête ce traître.

Dès lors, les combats contre les super vilains vont pleuvoir. En effet peu après, le Vautour fait son apparition. Ce mystérieux criminel est le roi des attaques surprises et s'amuse à narguer la police et la presse. Il est si rapide et si soudain que personne ne le voit jamais. Or, les journaux ont besoin de photos pour l'identifier.

C'est ce qui décide Peter à intervenir. Grâce à ses super pouvoirs, il grimpe en haut des immeubles et parvient à prendre des clichés du tonnerre. Enthousiaste, Jonah Jameson les lui achète à prix d'or. C'est ainsi que notre jeune héros commence à travailler pour lui. Quand on y pense, il y a de quoi sourire. Le responsable de ses problèmes d'argent en tant que Spiderman se révèle être en même temps son sauveur en tant que Peter Parker. Il peut enfin souffler, ses problèmes de fric pour aider sa tante May sont terminés.

Sa carrière de justicier à but non lucratif débute alors complètement. Après s'être fait surprendre une première fois par le Vautour et jeté dans un château d'eau, Spiderman échappe à la noyade et décide de prendre sa revanche. Quelques jours plus tard, il retrouve le Vautour et sabote son planeur grâce à un petit boitier antimagnétique conçu par ses propres soins. Soudainement incapable de voler, le triste oiseau s'écrase et n'a plus qu'à se laisser cueillir par la police. C'est donc sans violence mais plutôt en faisant appel à son agilité et son ingéniosité scientifique que l'homme araignée met derrière les barreaux son premier grand adversaire. Une façon de faire qui deviendra bientôt sa marque de fabrique.

Spiderman. Intégrale 1962/1963

Quelques temps plus tard, Peter fait la connaissance d'un vieil homme qui se fait appeler le Bricoleur. Ce savant possède un atelier de réparation des objets ménagers. Mais ceci n'est qu'une couverture. En réalité, il travaille à la solde d'extraterrestres et place des caméras dans chaque radio qu'on lui confie afin d'espionner les grands de ce monde et ainsi favoriser l'invasion prochaine de la planète Terre.

Disons le franchement, cet épisode est à dormir debout. Grace à son sixième sens, Spiderman découvre vite la supercherie. Et après un bref combat contre les petits hommes verts, il sauve la Terre entière d'une menace certaine. En effet, n'appréciant pas d'être démasqués, les curieux extraterrestres s'enfuient aussitôt en abandonnant leur plan de conquête et jurent de ne plus jamais revenir sur la planète bleue. Clairement, ce n'est vraiment pas crédible. Ok, Spiderman est un super héros mais il n'est pas capable de sauver le monde aussi facilement. On est pas loin de la parodie. Voilà le pire chapitre de ce premier tome.

Heureusement, la suite va immédiatement rehausser le niveau. En effet, on fait la connaissance de l'un des plus grands méchants de l'univers du tisseur, le docteur Octopus en personne. A la suite d'une explosion survenue lors de ses recherches, ce scientifique s'est soudé à ses tentacules métalliques qui sont devenues de véritables bras supplémentaires. Grisé par ses nouveaux pouvoirs et très imbu de sa personne, cet homme décide alors de prendre le contrôle d'une centrale nucléaire afin de continuer ses expériences dangereuses.

Mit au courant de la situation, Spiderman se rend sur les lieux. Seulement, ses récentes victoires l'ont rendu trop sur de lui. Habitué à arrêter des petits malfrats et à leur faire peur avec sa lampe et son emblème, il rêve d'affronter un vrai adversaire. Ses vœux vont être servis. Contre toute attente, il reçoit une raclée magistrale. Ceci dit, ne le jugeant pas assez fort pour lui nuire, le docteur Octopus décide de le laisser partir alors qu'il aurait pu le tuer. Quand on connaît la suite, on imagine qu'il doit encore regretter son geste aujourd'hui.

Le moral miné, Peter est sur le point d'arrêter sa carrière de super héros et de laisser les quatre fantastiques prendre le relai. Mais un discours de la Torche finit par le convaincre de ne jamais abandonner. C'est ainsi qu'il retourne sur les lieux et qu'après une dure bataille, il prend sa revanche sur le savant fou.

Les combats s'améliorent petit à petit et Spiderman commence à prendre de la bouteille. Par exemple, il perfectionne son équipement en ajoutant des cartouches de rechange pour ses lanceurs maintenus dans une ceinture. Ses ennemis sont également variés. Après avoir été confronté à plusieurs savants fous, il va faire la connaissance d'un nouveau personnage plus basique et moins intelligent mais tout aussi fort, l'homme sable.

Connu sous le nom de Flint Marko, cet évadé de prison fut irradié lors d'un essai atomique alors qu'il se trouvait sur une plage interdite au public. Etant désormais constitué de sable et plus de chair et de sang, il peut durcir son corps à volonté et le modeler pour prendre n'importe quelle forme. Voilà un adversaire bizarre. Quasiment insensible aux coups, il finit cependant par être arrêté par Spiderman qui le capture à l'aide d'un aspirateur.

Après ce petit intermède, on retourne aux génies de la science et cette fois ci, c'est le docteur Fatalis en personne qui s'y colle. Cet individu sollicite l'alliance de Spiderman pour vaincre les quatre fantastiques. Evidemment, l'homme araignée refuse et il devient dès lors un ennemi du savant. Mais contrairement aux autres que nous avons précédemment vus, ce dernier ne sera pas l'un de ses adversaires récurrents par la suite.

Afin de piéger les quatre fantastiques, le docteur Fatalis décide de capturer le tisseur et le prendre en otage. Sauf qu'il se trompe de cible. En effet, pour avoir voulu faire une blague à Peter Parker, Flash Thompson s'est déguisé en Spiderman et c'est lui qui est attrapé. Emmené à la base secrète du mégalomane, il risque tout simplement l'exécution.

En apprenant cela, Peter est d'abord tenté de ne rien faire car Flash ne cesse de le rabaisser à chaque épisode. Mais sa morale de super héros reprend vite le dessus. Il découvre le laboratoire secret du docteur Fatalis et le provoque en duel. Mais après un difficile combat, il est finalement vaincu. Sur le point d'être achevé, il est secouru par l'apparition des quatre fantastiques qui font fuir l'homme machine. Plus de peur que de mal, tout le monde est sauvé mais on peut se dire que le tisseur a eut chaud cette fois.

Passons maintenant à la meilleure histoire de ce tome, Face à face avec le lézard. Depuis quelque temps en Floride, une curieuse rumeur se répand. Un mystérieux reptile bipède parlant, de taille humaine, revêtu d'une blouse blanche et doté d'une force herculéenne fait régner la terreur dans le marais des Everglades.

Afin de tirer cette affaire au clair et vérifier qu'il ne s'agit pas d'un canular, Peter Parker se rend sur les lieux en compagnie de son patron Jonah Jameson qui finance le voyage en avion depuis New York. Une fois sur place, Spiderman mène l'enquête et il découvre bientôt une effroyable vérité.

Le Lézard existe bel et bien. Mais en réalité, ce n'est pas un savant fou mais un biologiste réputé appelé Curt Connors. Amputé d'un bras pendant la guerre, ce scientifique a voulu se guérir en s'implantant de l'ADN de lézard. En effet, ces derniers sont capables de régénérer certains de leurs membres coupés, c'est bien connu. Une telle découverte rendrait de grands services à l'humanité toute entière. A condition que cela fonctionne bien sur.

Après avoir passé un premier test avec succès sur un lapin, le professeur a ingurgité à son tour le sérum qu'il venait de créer. Mais malheureusement, la mutation ne s'est pas arrêtée à la repousse de son bras. En effet, il continua de se transformer et devint donc un lézard géant à la force colossale. En revanche, l'histoire ne dit pas pourquoi le lapin est quand à lui resté un mammifère.

Craignant de causer du mal à sa famille, Connors a donc quitté les siens depuis peu pour vivre seul dans les marais. Heureusement, après avoir rencontré sa femme, Spiderman comprend tout et prend le relai. Notre petit génie des sciences parvient à trouver un antidote à ce sérum afin d'inverser le processus de transformation.

Il est grand temps car à chaque jour qui passe, Connors perd de son humanité pour devenir plus bestial. Il désire maintenant propager son sérum dans tout le marais afin de transformer tous les reptiles qui le peuplent et ainsi se doter d'une armée d'animaux à écailles entièrement à sa merci. Ne pouvant le raisonner, Spiderman doit se résoudre à lui faire ingurgiter l'antidote par la force.

Un nouveau combat à travers le marais puis dans un ancien château fort espagnol s'engage. La lutte est assez inégale. En effet, en plus de sa force physique supérieure à celle de l'homme araignée, le lézard peut commander aux alligators du coin. Cerné par tous ses reptiles, le tisseur est sur le point de perdre mais heureusement, il parvient à faire boire l'antidote au professeur. Dès lors, celui ci redevient le brave homme qu'il était. Afin de protéger sa réputation, Peter persuade ensuite Jameson que toute cette histoire n'était qu'un canular et peut donc rentrer à New York avec lui, non sans se prendre une soufflante sur le chemin du retour de la part de son patron. Mais que voulez vous, c'est pour la bonne cause.

Je l'ai déjà dis, cet épisode (le 9eme de la série) est le meilleur qui ait été écrit pour l'instant. Il résume tout ce qui fait le charme de Spiderman. Les méchants sont rarement de vrais méchants mais plus souvent des malchanceux qui agissent de telle manière parce qu'ils ont des objectifs précis. Les duels sont nombreux et palpitants. Mais aussi et surtout, tout cela a des incidences sur la vie adolescente de Peter. Ici par exemple, il tente d'inviter sa camarade de classe Liz Allen à sortir avec lui un soir. Mais cette dernière refuse car elle a précédemment été séduite par Spiderman. Avoir soi même pour rival sans pour autant révéler la vérité, avouez que c'est le pompon.

Spiderman. Intégrale 1962/1963

Dans la prochaine aventure, nous retrouvons un adversaire déjà familier, le Vautour. Ce triste oiseau vient de s'évader du pénitencier où il était prisonnier et a construit un nouveau système de vol afin de ne plus être victime du boitier anti magnétique de Spiderman. Surprit, ce dernier encaisse une défaite et essuie une vilaine chute qui lui foule le bras.

Le docteur lui préconise quelques semaines de repos. Mais cela est impossible quand on est un super héros. En effet quelques jours plus tard, le vautour s'en prend à Jonah Jameson au Daily Bugle. Heureusement, Peter est déjà sur les lieux et intervient. L'immeuble de presse devient donc le terrain de combat entre l'oiseau et l'arachnide.

Finalement, bien que diminué par sa blessure, Spiderman l'emporte en ficelant les ailes du vautour en plein vol tout en atterrissant en douceur à l'aide d'un parachute confectionné par sa toile. Mais malheureusement, bien qu'il l'ait sauvé dans sa propre entreprise, Jameson refuse de faire la paix et le déteste toujours autant sans qu'on ne sache pourquoi. Tant pis. Heureusement, Peter se console vite en se rapprochant de la secrétaire de son patron Betty Brant. Peut-être va t-il connaître bientôt son premier flirt avec une fille ?

Enfin pour terminer, on a une dernière histoire en bonus avec la Torche humaine. Suite au cambriolage d'un tableau de Léonard de Vinci, un malfrat surnommé le Renard tente de faire porter le chapeau à Spiderman. L'homme araignée s'en va alors demander l'aide de la Torche. Malheureusement, le membre le plus impétueux des quatre fantastiques ne veut pas l'écouter car il est jaloux de sa notoriété.

Les deux jeunes hommes se livrent donc à un combat. Pendant toute la durée, Spiderman domine ce duel sans difficulté et finit par forcer Johnny Storm à l'écouter après l'avoir vaincu. Enfin, une alliance est conclue. Peu après, le Renard est vite capturé après la découverte tour à tour de plusieurs de ses bases secrètes.

La traque de ce bandit n'est clairement pas l'élément moteur de cette histoire. Par ce bonus, Stan Lee voulait surtout faire plaisir à ses lecteurs et confronter deux de ses super héros du même age. Et il n'y a pas photo, Spiderman prend clairement le dessus sur le membre des quatre fantastiques. Peut-être est-ce un message destiné aux fans pour montrer qu'il va devenir sous peu le personnage de plus important de l'univers Marvel ?

Après ce très long résumé, il est temps à présent de dresser le bilan de ce tome. Vous l'avez vu, les menaces sont variées. Spiderman doit faire face à de nouvelles situations à chaque épisode dans des lieux divers et trouver des solutions à chaque fois différentes. On évite ainsi toute monotonie et ça, c'est un premier bon point.

Deuxième bon point, l'évolution de Peter. D'abord timide, notre jeune héros prend de plus en plus d'assurance. Porter le costume de Spiderman lui apporte beaucoup de bien dans sa vie civile même si il ne s'en rend pas compte. C'est ainsi qu'on le voit tenter d'accrocher des filles, résoudre ses problèmes d'argent et même tenir tête un peu à Jameson qui n'est pourtant pas l'homme le plus doux de la terre.

Les récits font en moyenne 15 à 20 pages. Forcément, ils doivent donc être simples. Au niveau de la mise en scène, on sent clairement qu'il y a beaucoup de choses à améliorer. Par exemple, Peter ne met qu'une seule page pour comprendre l'étendue de ses pouvoirs, c'est trop peu. Spiderman parle très souvent tout seul, c'est une caractéristique chez lui. Les personnages manquent pour l'instant de profondeur. A noter encore que les deux premières histoires n'ont pas de titre.

Du côté du dessin, les cases sont souvent petites et de taille identique (6 cases par page presque tout le temps). Ce n'est pas très grave mais en revanche, il faut clairement souligner le manque de détails ! C'est à croire que Steve Dikto n'aime pas s'appliquer sur chaque planche. Et ça, ça donne une mauvaise impression à l'ensemble. Surtout que la colorisation n'est pas fameuse et n'aide vraiment pas à gommer ce défaut.

Malgré tout ça, lire les premières aventures de Spiderman est un vrai plaisir pour les fans. Bien évidemment, les studios Marvel ont accompli de gros progrès au fil des décennies. Mais on comprend néanmoins pourquoi les aventures de l'homme araignée ont marché dès le début. Stan Lee a eut une super idée le jour où il a crée le tisseur et on ne peut que le remercier.

 

Cet album contient :

-Episode 1 : Spiderman (1) 6/10

-Episode 2 : Spiderman (2) 6,5/10

-Episode 3 : Spiderman contre le Caméléon 5,5/10

-Episode 4 : Duel à mort contre le Vautour 6,5/10

-Episode 5 : On l'appelait le bricoleur 5/10

-Episode 6 : Spiderman contre docteur Octopus 6,5/10

-Episode 7 : Rien n'arrêtera...l'homme sable 7/10

-Episode 8 : Le docteur Fatalis a voulu sa perte 6/10

-Episode 9 : Face à face avec le Lézard 7,5/10

-Episode 10 : Un Vautour parmi nous 5,5/10

-Episode 11 : La Torche humaine dans le sillage de Spiderman 6/10

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article