Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Batman : Gotham by Gaslight

Batman : Gotham by Gaslight

Jack l'éventreur est probablement le tueur en série le plus connu de tous les temps. Il a certes réalisé peu de meurtres mais ceux ci sont accompagnés d'une barbarie effroyable. Et surtout, il n'a jamais été arrêté. Plus de cent ans après ses crimes, on ne sait toujours pas de qui il s'agit. Les meilleurs enquêteurs n'ont jamais pu découvrir son identité. Mais que se serait-il passé si il s'était retrouvé face à Batman ? Confronter le meilleur détective super héros du monde au plus grand des serial killers, c'est l'idée un peu loufoque qu'a eut Sam Liu en 2017. Et il faut avouer que c'est une affiche qui en jette !

Cette histoire se passe en 1888 un peu comme dans la réalité sauf que Gotham remplace Londres. Dans cette dimension, Batman n'a fait son apparition que récemment. D'ordinaire, il se contente de lutter contre la misère qui règne dans les bas quartiers en empêchant trois orphelins de devenir des voyous par exemple. Mais depuis peu, un nouvel ennemi bien plus sérieux et dangereux occupe son esprit : Jack l'éventreur en personne.

Qui est ce mystérieux tueur ? Pourquoi s'acharne t-il à tuer des prostituées dans d'atroces souffrances ? Le chevalier noir doit à tout prix le découvrir. Dans le même temps, il lui faut venir aux secours des femmes en détresse et chercher à échapper à la police qui le croit justement coupable et le prend pour le serial killer.

Dans cette histoire, plusieurs personnages de l'univers classique de Batman ont subi quelques changements pour s'adapter aux besoins de l'intrigue. Leslie Thompkins est ainsi devenue sœur Leslie, une nonne à la charge d'un refuge pour les nécessiteux. Poison Ivy est une prostituée victime de l'éventreur mais elle n'a aucun pouvoir sur les plantes. Quand à Selina Kyle, elle n'est pas Catwoman mais plutôt une danseuse de grand talent qui effectue une carrière dans le music hall. Cela ne l'empêche pas de jouer un rôle très important dans cette fiction et de nouer une belle relation avec Bruce Wayne.

Du côté des méchants, c'est en revanche le calme plat. Évidemment, il était quasiment impossible d'intégrer Killer Croc ou Mister Freeze dans ce film d'animation. Néanmoins, on est surprit de ne jamais croiser la route du Pingouin ou du Joker. Ne cherchez pas Jack l'éventreur en eux, l'identité de cet assassin est beaucoup plus surprenante.

L'action est bien amenée. Batman se bat à plusieurs reprises contre Jack et malgré sa maîtrise des arts martiaux, il doit reconnaître que cet homme est aussi fort que lui voire plus. Les combats sont bien chorégraphiés et se déroulent dans des lieux insolites : un abattoir, un ballon dirigeable, une grande roue… Le spectacle est au rendez vous.

Et le suspense aussi ! Jusqu'au bout, on ne sait pas qui est Jack l'éventreur. En même temps, comment aurait-on pu deviner qu'il s'agit en réalité d'un gentil de l'univers classique, le commissaire Gordon en personne ? Non, vous ne rêvez pas. Comme dans les comics habituels, cet homme a juré d'éradiquer toute la souillure de Gotham. Mais ici, cela ne signifie pas uniquement pour lui d'arrêter les malfrats. Son vrai but ultime est de chasser les prostituées et toutes les femmes intrigantes qui amènent le péché de la chère et la cupidité dans le cœur des hommes.

Faire de Gordon, personnage à la morale des plus admirables, un salaud de la pire espèce est un pari osé qui risque de choquer plus d'un fan. Cela va totalement à l'encontre des valeurs du personnage et j'avoue que je ne comprends pas très bien ce choix perturbant. Pourtant, les fous sadiques ne manquent pas parmi les ennemis traditionnels de Batman.

A mes yeux, c'est un mauvais point. Mais si on fait abstraction de ce choix, il faut reconnaître que le film est une belle réussite. Le scénario est bien ficelé et sombre sans pour autant en faire trop ni tomber dans le trash. La véritable histoire de Jack l'éventreur est globalement respectée tout en l'adaptant bien au monde de DC Comics.

On se croit vraiment au 19eme siècle. Ici, pas de batmobile en vue et on ne croise d'ailleurs aucune automobile mais uniquement des calèches. Batman utilise bien moins de gadgets que d'habitude, ce qui est logique. En revanche, c'est toujours un super détective. Par exemple, il a l'idée de se servir des empruntes pour découvrir l'identité de Jack. Cela peut nous paraître normal aujourd'hui mais en 1888, personne ne connaît encore ce procédé et même Alfred ne miserait pas un penny dessus. C'est avec ce genre de détails que l'on transporte vraiment le spectateur dans une autre époque.

Le rythme se veut dynamique et les dialogues sont bons. Du côté des dessins en revanche, c'est pas mal mais cela aurait pu être meilleur. Curieusement, Bruce Wayne paraît beaucoup plus vieux lorsqu'il revêt son costume de Batman. On notera l'absence de Robin, signe peut-être que cette histoire n'est pas pour les enfants.

Faire affronter Batman avec Jack l'éventreur était une affiche de rêve avec un énorme potentiel. Cela aurait pu donner un film d'anthologie ou même une mini série spéciale. Au lieu de ça, DC Comics s'est contenté de produire un bon divertissement. C'est déjà très bien et on salue l'entreprise mais il y avait matière à faire encore mieux. Quoi qu'il en soit, Batman : Gotham by Gaslight devrait ravir les fans du chevalier noir et ceux du tueur de Whitechapel.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article