Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

La jeune fille à la perle

La jeune fille à la perle

Avez vous vu La jeune fille à la perle ? Je parle du tableau bien sur. Cette toile a été peinte par Johanness Vermeer en 1665 et orne depuis plus de 100 ans un musée au Pays Bas ainsi que de nombreux livres d'arts. Mais qui était cette jeune fille anonyme que l'on a surnommé la Joconde du Nord ? En 2003, Peter Webber a tenté de lui donner une identité en réalisant le film éponyme La jeune fille à la perle.

Pour échapper à la misère, une jeune fille nommée Griet (Scarlett Johansson) trouve un emploi de bonne auprès de la famille de Johanness Vermeer (Colin Firth). Ce peintre réalise des commandes pour le riche mécène Pieter van Ruijven (Tom Wilkinson) avec qui sa belle mère Maria Thins (Judy Parfitt) négocie tant bien que mal les prix.

Contrairement aux apparences, il n'est pas si facile que ça de vivre son pinceau et Johanness semble s'ennuyer un peu. Mais sa rencontre avec Griet lui inspire de nouveaux dessins. De son côté, la jeune fille se trouve curieuse de l'art de la peinture. Repérant son œil artistique, Johanness l'invite peu à peu à devenir son assistante avant de décider de faire son procès.

Mais bien entendu, on ne reste pas chaque jour pendant des heures seule avec un homme sans que cela fasse jaser. Bientôt, une rumeur se répand selon laquelle Griet est la maîtresse du peintre. La situation se tend d'autant plus que Pieter van Ruijven repère à son tour la jeune femme et désire user de sa position pour coucher avec elle.

Et Griet dans tout ça ? Chaste, simple et très bien élevée, c'est la pureté même. Très gênée de toute cette agitation autour d'elle qui lui attire les foudres de sa maîtresse Catharina (Essie Davis), elle est loin de la réputation qu'on lui prête. Au contraire, particulièrement dévote, elle refuse même d'enlever son châle et de montrer ses cheveux à son maître.

Proie facile des uns et des autres, victime de la société et de son temps, Griet est une martyr. Heureusement, la vie n'est pas trop dure avec elle. En effet, après avoir été chassé de la maison Vermeer, elle trouve refuge auprès du boucher Pieter (Cillian Murphy) qui la courtisait depuis le début. Décidément, la peinture n'est pas un art accessible aux pauvres à cette époque, encore moins si on est une femme.

Le scénario dans l'ensemble est très plat. On voit peu de rebondissements et de séquences fortes. Cela entraîne évidemment des longueurs. Mais à vrai dire, il ne faut pas voir ce film comme une histoire véritablement mais plutôt comme un documentaire fiction. Et en adoptant ce point de vue, on est servit. De la manière de préparer les couleurs de la peinture à l'huile aux relations entre peintres et mécènes en passant par les différents jeux de lumière, on apprend un tas de chose sur la peinture baroque.

D'une manière générale, la reconstitution historique est très bien faite. On se sent vraiment dans les Provinces Unies au 17eme siècle, notamment à travers ses scènes de marché où tout est étalé sans hygiène dans les rues. Colin Firth se révèle très charismatique. En revanche, Scarlett Johansson est un peu trop effacée. Certes, c'est son rôle qui veut ça mais lui donner un peu plus de personnalité n'aurait pas été de trop.

La jeune fille à la perle est un hommage convenable au tableau dont il est inspiré. Adapté lui même du roman éponyme de Tracy Chevalier, il aurait gagné à être plus profond et plus énergique. On a un certain goût d'inachevé. Par exemple, il aurait été intéressant d'insister sur les différences entre Griet qui est protestante et la famille Vermeer qui est catholique. De plus, la fin est un peu abrupte. A découvrir pour les amateurs d'art.

Note : 6/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article