Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

The Valiant (2016)

The Valiant (2016)

Depuis de nombreuses décennies, Marvel et DC dominent outrageusement l'industrie des comics. Mais il se pourrait bien qu'à long terme une nouvelle maison d'édition leur fasse un peu d'ombre. Elle s'appelle Valiant. A travers cet album qui porte son nom, nous allons tâcher de découvrir un peu ses personnages et son histoire.

Nous suivons les péripéties de Gilad Anni-Padda. Surnommé le guerrier éternel, cet homme immortel vit depuis des milliers d'années pour protéger les Géomanciens, de puissants sorciers en lien avec la terre, d'un puissant monstre sans nom qui apparaît environ tous les trois siècles pour les exterminer.

Bien qu'il soit un expert au combat, Gilad a toujours échoué dans sa quête jusque ici. Et à chaque fois qu'un géomancien est mort, une ère de chaos s'est abattue sur le monde. Voilà comment la série explique la fin de l'empire Maya, l'apparition de la peste noire ou la première guerre mondiale par exemple.

Mais aujourd'hui, Gilad en a assez. Et pour protéger la nouvelle géomancienne, une jeune femme nommée Kay, il a décidé de faire appel à tous les super héros de l'univers Valiant. C'est ainsi que l'on croise le ninja mercenaire Ninjak, le Wisigoth en armure façon Ironman X-O Manowar, la boulimique Fath qui vole...

Rassurez vous, il n'est pas nécessaire de les connaître auparavant car ils sont surtout là en guise de vitrine. Outre Gilad, un seul est vraiment mit en avant, Bloodshot. Ce soldat a été transformé en arme humaine dans le cadre d'un ancien projet. Amnésique et infecté de nanites, il possède d'énormes facultés d'auto guérisseur et se bat avec des armes à feu. On peut le considérer comme un croisement entre le Punisher et Wolverine.

Tous ces individus semblent travailler pour un certain Nelville Alcott, chef du MI-6. Cet homme fait penser à première vue à Nick Furry. Visiblement, Valiant paraît beaucoup s'être inspiré de Marvel. En revanche, ce n'est pas le cas pour ce qui concerne le monstre à éliminer.

A vrai dire, cette créature est assez étrange. Elle n'a pas de forme propre et peut prendre l'apparence de n'importe quoi. C'est ainsi qu'on la voit aussi bien en taureau géant qu'en tueur humain revêtu d'un haut de forme. Une caractéristique la décrit cependant. A chaque fois qu'elle attaque, son visage s'ouvre en deux et laisse apparaître son crane.

Ce monstre éternel tout comme Gilad n'a pas de raison d'être. Très puissant, il résiste à n'importe quel type d'attaque. Même un assaut collectif n'est pas très efficace contre lui. De plus, il joue avec les peurs ancrées dans chaque individu, tétanisant chaque ennemi avec un traitement très personnel.

A vrai dire, Bloodshot est l'adversaire idéal pour l'affronter. En effet, étant amnésique, ce soldat n'a pas de souvenir d'une personne de sa famille ou d'un conte qui le terrifiait quand il était petit. Mais de simples balles et grenades peuvent-elles venir à bout d'une telle entité ?

Enfin, parlons de la personne à protéger en question. Kay n'a découverte ses pouvoirs de géomancienne que depuis très peu de temps. Auparavant, c'était une jeune femme banale qui travaillait en tant que modèle publicitaire. Dépassée par les événements, elle prend son nouvel état comme une malédiction. Et malgré le nombre de guerriers qui sont réunis pour la protéger, rien ne dit qu'elle ne va pas se faire assassiner comme ses ancêtres.

Cet album a nécessité la collaboration de quatre artistes : Jeff Lemire (scénariste), Matt Kindt (scénariste), Paolo Rivera (dessinateur) et Joe Rivera (dessinateur). Cela fait beaucoup pour une œuvre qui ne comprend qu'une centaine de pages. The Valiant n'est pas un arc narratif long et complexe mais plutôt une porte d'entrée à l'univers de la maison d'édition, d'où le titre.

En ce sens, c'est assez efficace. A la lecture des pages, on a envie d'en savoir plus sur Bloodshot et Ninjak en découvrant leurs aventures personnelles. En revanche, c'est un peu dommage de ne pas éprouver le même sentiment pour tous. X-O Manowar est l'un des plus grands héros de Valiant mais ici il passe trop inaperçu. Cinquante pages supplémentaires pour mettre en lumière plus de personnages n'aurait pas été de trop.

La narration est très bonne. On est vite happé par l'histoire pour peu qu'on prenne la peine de s'y intéresser. Le dénouement surprend un peu et nous laisse interrogatif mais c'est sans doute normal si on ne connaît pas la série. De son côté, le dessin est pleinement satisfaisant, notamment à travers le découpage. En bonus, les auteurs nous gratifient de longs commentaires sur leurs manières de concevoir leurs planches à la fin de l'album.

The Valiant est trop court pour figurer comme un chef d'oeuvre. Mais c'est un bon divertissement qui nous permet d'appréhender son univers. On a hâte de découvrir maintenant les personnages plus en détail dans d'autres histoires.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article