Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Le village des damnés (1960)

Le village des damnés (1960)

Par un beau jour, le village de Midwich est frappé d'un phénomène mystérieux. Tous ses habitants (humains et animaux) s'évanouissent dans un sommeil léthargique pendant quelques heures. Le phénomène ne dépasse pas le cadre de la commune et les autorités ne comprennent rien à ce qui se passe. Quelques heures plus tard, tout le monde se réveille sans trouble apparent. Mais les femmes capables de procréer se retrouvent toutes enceintes. Quelques mois plus tard naissent d'étranges bébés possédant des pouvoirs télépathiques et une intelligence surdéveloppée.

Réalisé en 1960 en Angleterre par Wolf Rilla, Le village des damnés est l'adaptation d'un roman parut quelques années plus tôt intitulé Les Coucous de Midwich de John Wyndham. Il règne durant la totalité du film une atmosphère étrange avec de nombreux mystères. Comment et pourquoi la population de Midwich s'est-elle retrouvée comme ça ? Qui sont ces enfants ? D'où viennent-ils ? Quelles sont leurs intentions ? Le spectateur regarde a travers les yeux des civils et n'en sait pas plus qu'eux. A la fin de l’œuvre, beaucoup de ces questions resteront en suspens. Et pourtant, cette œuvre ne laisse pas un goût d'inachevé, loin de là.

Dès tout petit, les enfants font preuve d'une intelligence phénoménale. Ils sont également froids, sans expression et peuvent lire dans les pensées. En grandissant et en travaillant leurs dons, ils réussissent même à contrôler un individu et à le pousser au suicide. La menace devient de plus en plus sérieuse.

Fasciné par ces enfants, le docteur Gordon Zellaby (George Sanders) les protège des autorités dont il est proche et essaye de les comprendre. Sa femme (la ravissante Barbara Shelley) a mit au monde l'un d'entre eux qui leur sert de porte parole, le petit David. Mais, malgré sa bonne relation avec son petit Einstein, Gordon ne parviendra quasiment à rien avec ces enfants qui le respectent mais qui ne lui obéissent pas vraiment. Il va donc assumer ses responsabilités et se sacrifier grâce à un stratagème astucieux pour en venir à bout.

La mise en scène est absolument superbe, tout comme le jeu des acteurs. Mention spéciale à George Sanders et au jeune Martin Stephens dans le rôle de David. On est pas loin de crier au génie tellement l'idée de prendre des enfants comme une menace est inédite à l'époque et comment le réalisateur laisse planer tout le mystère. Bien entendu, tout le monde tend vers une explication extraterrestre mais personne n'obtiendra la réponse ici. Et c'est justement l'une des grandes forces de cette œuvre.

On aurait cependant aimé un peu plus d'actions. Les seuls effets spéciaux disponibles sont les yeux des enfants qui s'illuminent de temps à autre afin de commettre leurs forfaits. Le film est bien conçu mais peu spectaculaire. A moins que ce ne soit volontaire avec ces gamins étranges qui ne font pas de bruit et paraissent sages comme des images la plupart du temps. Le village des damnés est bien ancré dans son époque mais a vieillit. Selon les goûts, certains crieront au chef d’œuvre tandis que d'autres accuseront la simplicité du scénario. En tout cas, c'est une réussite et une référence dans son domaine.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article