Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

La jeunesse de picsou Tome 2 : Le roi du Mississipi

La jeunesse de picsou Tome 2 : Le roi du Mississipi

Nous retrouvons notre jeune Picsou désormais agé de 13 ans lorsqu'il débarque pour la première fois en Amérique, et plus précisément à Louisville dans le Kentucky. Aussitôt, il part à la recherche de son oncle John partit lui aussi tenter sa chance dans le Nouveau Monde il y a de nombreuses années.

Il le trouve dans un saloon en pleine partie de poker contre un certain Oscar Porcin. Dans ce lieu de perdition où chacun essaye de voler son prochain sans se faire remarquer, l'enjeu de ce duel est de taille : la propriété d'un bateau contre la révélation de l'endroit où un navire transportant une cargaison de 100 000 $ en lingots d'or a coulé.

Finalement, John l'emporte. Après avoir fait connaissance avec Balthazar, il l'emmène dans son nouveau bateau tout juste acquit et lui révèle où le joyau flottant appelé Drennan Whyte a disparu. Mais Porcin le suit et l'écoute en cachette. Afin de s'emparer de l'or avant nos canards, ce riche cochon court engager une bande de voleurs, les Rapetou.

C'est ainsi que nous faisons la connaissance des voleurs les plus célèbres de l'univers Duck. A cette époque en 1880, ils ne sont que quatre. Fait curieux, l'un d'entre eux se fait déjà appeler papy alors qu'il ne semble pourtant absolument pas plus vieux que les autres. A noter qu'ici, ces brigands sont mal rasés et portent chacun une longue moustache.

Les Rapetou ne sont pas les seuls personnages connus du grand public présents dans cet album. On retrouve également Géo Trouvetout ou plutôt son grand père Grégoire. Ce savant un peu farfelu vient d'inventer une pilule capable de clarifier l'eau. Voilà qui tombe à pic puisque le Mississippi est extrêmement boueux.

Une course poursuite s'engage à travers le fameux fleuve. John voit son bateau le Billy Dollar détruit par les Rapetou. Une fois ceci fait, ces derniers se retournent contre Porcin et le jettent par dessus bord. Trahit, humilié et ruiné, on ne verra plus jamais ce personnage de tout l'épisode.

Malgré cet échec, les Picsou ont néanmoins la chance de trouver le Drennan Whyte en premier. Celui ci ne se trouve plus sous l'eau mais sous terre depuis que le fleuve a changé son cours vingt ans plus tôt. Ainsi donc, John découvre le coffre remplit d'or et devient riche.

Mais pour quelques minutes seulement. En effet, les Rapetou débarquent à leur tour dans cette épave. Bien qu'il ne soit encore qu'un enfant, Balthazar se jette courageusement contre eux. Au cours du combat, des piliers en bois tenant des tonnes de boue sont cassés. C'est la catastrophe. Le Drennan Whyte se retrouve complètement détruit, faisant s'écrouler la terre et la ferme d'un paysan construite au dessus de lui avec.

Les Rapetou ont gagné. Ils détiennent le trésor ainsi que nos trois canards prisonniers. Mais la partie n'est pas encore tout à fait terminée. Astucieusement, Balthazar leur fait croire à l'existence d'un second trésor. En réalité, il les conduit à l'emplacement d'un arbre scieur croisé à l'aller. Ce genre de tronc a la particuliarité d'émerger subitement de l'eau de temps à autre, provoquant un impact si fort qu'il peut causer de gros dégats à des navires.

C'est ce qui se produit ici. Subitement, le bateau des Rapetou se retrouve traversé de part en part. La chance est avec les Picsou et elle va encore augmenter avec l'arrivée imminente de la police navale. Les bandits sont arrêtés et les canards libérés. Fin en happy end ?

En réalité pas tant que ça. Et pour cause, le gouvernement garde l'or du Drennan Whyte, ne donnant à John qu'une simple récompense. Si ce détail passe inaperçu lorsqu'on le lit étant enfant, il devient beaucoup plus difficile à avaler une fois adulte. En effet, les Picsou auraient clairement mérité de conserver le trésor. Certes, Don Rosa n'a pas voulu que leur famille devienne riche si vite. Mais dans ce cas là, il aurait été beaucoup mieux de faire tomber le coffre dans l'eau sous la boue tout simplement.

Ce n'est pas encore la fin de ce numéro mais il est néanmoins temps de dresser le bilan de John. Contrairement à Balthazar, ce n'est pas un avare. Par exemple, il s'offusque lorsque son neveu refuse de gaspiller une pièce pour boire une boisson avec lui. L'argent est fait pour être dépensé ! Tu veux finir avec une soute à charbon pleine de pièces ? On croirait entendre Donald. C'est un aventurier, un joueur, un marin et même un écrivain à la fin, mais surtout pas un homme d'affaires.

L'histoire aurait du s'arrêter là. Mais Don Rosa décide de la prolonger de 7 pages. On y voit Balthazar deux ans plus tard désormais adolescent être le capitaine du Billy Dollar. Attaqué par les Rapetou, il frôle la mort lors de l'explosion de son bateau à vapeur mais s'en sort en se réfugiant dans une chaudière. Une élipse spectaculaire mais inutile qui ne sert qu'à pousser le héros sur la route de l'ouest pour le prochain numéro.

Avec ses 28 pages, Le roi du Mississippi est le plus long épisode de toute la série. Pour être précis, il fait environ le double d'un chapitre normal. Mais ce n'est pas un gage de qualité. Le récit contient trop de planches, ce qui le rend moins fluide que d'habitude. Don Rosa aurait du le couper en deux, ou au moins éliminer la dernière partie. Mais l'artiste a fait le choix discutable de ne concentrer qu'un seul tome à chaque lieu géographique où se trouve Picsou. C'est pourquoi toute la période bateau à vapeur se trouve concentrée ici.

Le début de l'histoire est très bon, surtout l'introduction de Grégoire Trouvetout dans l'intrigue. Il s'ancre bien avec d'autres histoires qu'a fait Carls Barks sur cette époque. Mais il n'est toutefois pas très crédible et trop rocambolesque. Le dessin est en revanche excellent à l'exception du design des Rapetou qui ne séduit guère. Non content de ne montrer aucune marque de vieillesse, il les fait presque passer pour des Mexicains. Porcin a plus d'allure mais se fait avoir trop facilement pour un homme de sa trempe.

Si Picsou était mignon et faisait penser à Riri, Fifi et Loulou dans l'épisode précédent, ce n'est déjà plus le cas ici. En le faisant grandir si vite, Don Rosa envoie un message clair. Sa série sera de taille moyenne. Dommage car vu la grandeur du sujet, on pouvait s'attendre à ce qu'il produise plusieurs centaines de chapitres sans problème. Loin s'en faut.

Note : 7,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article