Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Jhen Tome 3 : Les écorcheurs

Jhen Tome 3 : Les écorcheurs

A force de guerroyer aux côtés de Gilles de Rais, Jhen commence à être connu en France. Et voilà maintenant que le seigneur d'une petite ville appelée La Gore vient solliciter son aide pour renforcer ses murailles. En effet, une bande d'écorcheurs rode dans les environs et menace de piller toutes les cités sans défense qui se trouvent sur son chemin. Mais au fait, c'est quoi un écorcheur exactement ?

Faisons tout d'abord un petit cours d'histoire. La guerre de cent ans a été très coûteuse sur tous les plans et a appauvrit le royaume de France. De nombreux soldats n'ont pas reçu leur solde de la part du roi. Excédés, ils ont fini par quitter l'ost pour se constituer une armée à part indépendante dont le but est de tout saccager sur son passage en se payant grassement sur le dos du peuple. Ces bandes très organisées faisaient régner la terreur sans que Charles VII n'ose trop s'y frotter. Les Anglais ne constituent donc pas le seul danger au 15eme siècle.

Malheureusement, Jhen a à peine le temps de découvrir La Gore et de commencer les travaux que les écorcheurs arrivent déjà. Notre architecte se mue alors rapidement en stratège. Promut chef de la ville, il se comporte en vrai seigneur et fait preuve d'une belle autorité sur les gens du coin apeurés.

Un terrible siège commence. Contrairement au tome précédent, Jhen ne se trouve pas du côté des assaillants cette fois ci et il ne possède pas des milliers d'hommes sur qui compter. Il doit donc redoubler de vigilance, d'autant plus que le chef des écorcheurs se montre des plus rusés. Nommé Conrad Tierstein, ce vilain a tout du personnage diabolique par excellence. Fourbe, arrogant, cruel et sans pitié ni parole, c'est vraiment un ennemi dangereux.

Ce tome est en quelque sorte un duel entre ces deux protagonistes qui caricaturent de manière évidente le bien et le mal. Mais ce n'est pas tout. Afin d'agrémenter un peu la trame principale, Jhen s'est également fait un ami moine novice appelé Parfait. Or, cet homme est tombé amoureux d'une jeune fille que les habitants de La Gore traitent de sorcière. Bien entendu, notre tailleur de pierres met un point d'honneur à défendre tout le monde sans exception. Et puis, les amourettes de son compagnon attendrissent un peu ce récit sanglant.

Mais en dépit de tous ses efforts, Jhen ne parvient pas à triompher. Au fil des mois, les remparts de La Gore s’abîment de plus en plus. Ils sont à deux doigts de s'écrouler lorsque survient le secours de l'homme providentiel. Ce n'est évidemment pas le roi mais Gilles de Rais bien sur ! Décidément, le maréchal de France arrive toujours à temps dès que son ami Jhen est en danger. Alerté par un collecteur d'impôt, il ne fait qu'une bouchée des écorcheurs avec son armée personnelle faite de chevaliers entraînés et bien équipés et non de gueux armés de simples couteaux de chasse. Conrad lui même ne fait preuve d'aucune résistance face à cet assaut soudain. Ça c'est une vraie démonstration de force !

Une fois de plus, Jhen doit une fière chandelle à Gilles de Rais. Et ce grand seigneur en profite pour redorer son blason. C'est vraiment le personnage le plus charismatique et intéressant de toute la série jusque ici. Heureusement qu'il est là d'ailleurs car Jhen est au contraire beaucoup trop lisse et ne montre pas assez de défauts pour qu'on s'attache vraiment à lui.

Sans être exceptionnel, ce troisième tome s'avère réussit. Il faudrait cependant veiller à changer de registre et à muscler le scénario au prochain numéro sinon on risque d'en avoir rapidement marre des attaques de châteaux.

Notons tout de même qu'un passage de l'album est assez effarant. Au début de l'histoire, Conrad Tierstein a le culot d'entrer dans La Gore seul et sans escorte pour menacer son seigneur et lui annoncer la venue prochaine des écorcheurs. Et après ce méfait, le voilà qui repart tranquillement comme si de rien n'était. Ce n'est vraiment pas crédible. Aucun dirigeant sensé n'aurait laissé repartir un tel homme, surtout après avoir été insulté chez lui. De plus sans son chef, l'armée de bandits se serait peut-être disloquée d'elle même avant de venir jusque ici. Ces facilités scénaristiques sont plutôt grossières.

Avant de terminer cet article, évoquons le graphisme. Il convient de souligner que le dessin s'est beaucoup amélioré depuis la dernière fois. Désormais, les cases sont plus grandes et les couleurs mieux travaillées. On attend à présent le même niveau d'exigence artistique à chaque fois.

Note : 7/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article