Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Superman. Les origines (2003)

Superman. Les origines (2003)

Si certains super héros divisent l'opinion, Superman a en revanche toujours été bien accueilli par les habitants de Métropolis. Pourtant, cela serait-il toujours le cas si il n'était pas arrivé sur Terre à la fin des années 1930 mais aujourd'hui dans les années 2010 ? La société l'aurait-elle perçue d'une manière différente, notamment après les terribles attentats du 11 septembre 2001 ? Marc Waid (scénariste) et Leinil Francis Yu (dessinateur) se sont servis de cette question comme d'un prétexte pour écrire leur propre version des origines de Superman que voici.

Long de pas moins de 317 pages réparties en 12 chapitres, ce récit se veut très détaillé. Il commence avec la destruction de la planète Krypton. Deux scientifiques nommés Lara et Jor El s'aprêtent à envoyer leur bébé Kal El dans l'espace afin qu'il ait une quelconque chance de survie. Cette tragédie est bien connue de tous mais on peut dire qu'ici, elle possède des informations supplémentaires.

Pour commencer, on apprend qu'à l'instar des humains, les kryptoniens se posent depuis longtemps la question de savoir si ils sont seuls dans l'univers. Mais en dépit de longues années de recherches, ils n'ont toujours trouvé aucune forme de vie extraterrestre. Au départ, Kal El n'a pas de destination précise et ce n'est qu'au tout dernier moment que ses parents trouvent par miracle la Terre comme point de chute possible. De plus, on sent très bien tout le désarroi de Jor El, savant de renom, qui sait que sa civilisation pourtant brillante va disparaître sans laisser de trace. Afin de tenter de préserver la mémoire de Krypton, il laisse sans y croire une sorte de tablette informatique à Kal El retraçant l'histoire de son peuple. Mais saura t-il la déchiffrer un jour ?

L'album ne raconte ensuite pas comment Kal El a été trouvé et élevé par la famille Kent, ni même comment il a découvert ses pouvoirs. L'auteur a décidé d'accomplir un véritable bond dans le temps pour se retrouver 25 ans plus tard. Kal El s'appelle maintenant Clark Kent. Reporter prometteur, il sillonne le monde à la recherche de scoops.

Suivant les conseils de son père adoptif Jonathan, Clark s'efforce de dissimuler ses extraordinaires pouvoirs par peur de se retrouver exclut des autres. Mais au fil du temps, cette situation lui pèse de plus en plus. Il se sent comme enfermé dans une prison et obligé de jouer un rôle. Autrement dit, il se refuse encore à devenir un super héros et n'en a même pas l'idée. Mais un épisode va tout changer.

Au cours d'une de ses missions de journaliste, Clark est sensé suivre un conflit ethnique qui se passe en Afrique opposant les Turaabas et les Ghuris. Ces derniers sont oppressés par les premiers et en ont assez. Clark se lie d'amitié avec leur chef Kobe Asuru qui revendique l'égalité pour tous. L'affaire se termine en tragédie mais Clark tire des leçons de cet homme courageux : celui qui a des pouvoirs doit faire tout son possible pour essayer de rendre le monde meilleur.

Une fois rentré chez lui à Smallville dans le Kansas, Clark apprend à ses parents adoptifs qu'il a décidé de ne plus cacher ses pouvoirs mais au contraire de les utiliser au grand jour pour faire le bien. Mais pour cela, il lui faut un costume. En s'inspirant des images de la tablette laissée par Jor El, il demande à sa mère Martha de lui coudre un costume de super héros.

Cette idée est très intéressante. Ainsi donc ici, la naissance de Superman s'avère loin d'être simple. Il a fallu que Clark soit trempé dans une sorte de guerre civile pour se décider à agir. De plus, ce n'est pas uniquement pour sauver des vies qu'il décide de devenir un héros. C'est aussi pour perpétuer l'héritage de ses ancêtres extraterrestres, même si il ignore tout d'eux, et ainsi revendiquer sa véritable identité. Cela ne fait d'ailleurs au départ pas très plaisir à Jonathan qui a l'impression que son fils va partir et ne plus porter son nom. On peut comprendre ses inquiétudes mais heureusement, Clark lui explique que ce n'est pas parce qu'il commence à revendiquer ses origines kryptoniennes qu'il tire pour autant un trait sur son appartenance à la Terre.

Ainsi se conclut cette première partie de l’œuvre longue de 3 chapitres. Dès le début de la seconde, Clark découvre Métropolis et postule pour le Daily Planet. L'auteur met un point d'honneur à nous montrer que la société américaine actuelle n'est plus celle des années 1940. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les Américains regardent tout ce qui vient du ciel avec méfiance. On se demande donc comment ils vont accueillir Superman dont la première capacité est justement de voler.

Clark n'a guère le temps de se poser la question car très vite, des avions militaires piratés se mettent à tirer sur les passants en pleine ville. Notre valeureux journaliste sort donc son costume plus tôt que prévu et sauve tout le monde, à son grand soulagement sans être ridicule. Il en profite pour rencontrer de vieilles connaissances qui datent du collège et que nous allons découvrir maintenant.

Il est temps à présent de parler de celui qui deviendra le plus grand ennemi de Superman. Originaire d'une famille aisée, Lex Luthor est incroyablement intelligent et bricoleur mais malheureusement aussi extrêmement antipathique. A cause de son sale caractère, il n'a jamais pu se faire d'amis dans sa jeunesse hormis Clark Kent pendant une courte période. Passionné d'astronomie, il a mit au point depuis de nombreuses années un vaste programme de recherches portant sur les extraterrestres.

Et justement, Luthor a plus d'un coup d'avance sur tout le monde. En effet, il devine immédiatement que Superman est un alien. Mieux encore, il a trouvé le moyen d'avoir accès à la tablette de Clark et d'en déchiffrer les informations. Ainsi lorsque Superman vient le trouver dans le but de l'intimider, il se fait un malin plaisir de lui révéler la vérité sur ses origines sans oublier bien sur la destruction de sa race.

Une guerre entre les deux personnages commence. Et elle ne se dispute pas uniquement sur le champs de bataille mais aussi et surtout dans les médias. Luthor manipule l'opinion publique à sa guise. Jouant avec la peur des gens, il se fait passer pour le sauveur de l'humanité et prétend que les Kryptoniens sont venus envahir la Terre.

Ainsi donc, Superman inspire la méfiance à la population. Seule Loïs Lane a entièrement confiance en lui. Cette jeune femme est l'une des meilleures journalistes du Daily Planet et fait l'unanimité auprès de ses collègues. N'hésitant pas à prendre la défense des faibles, elle se bat pour prouver que notre super héros est quelqu'un de bien. Ce dernier lui fait rapidement confiance, ce qui est d'autant plus facile qu'il en tombe amoureux. Hormis ses parents, elle représente son seul soutien contre la machination qui se dresse devant lui.

Quelques jours plus tard apparaît soudain une araignée géante mécanique ainsi que des troupes de soldats portant le même insigne que Superman en plein Métropolis. Tout porte à croire qu'il s'agit là d'une invasion extraterrestre mais ce n'est en réalité qu'un canular de Luthor pour discréditer à jamais le dernier fils de Krypton et faire du milliardaire le grand héros de la ville.

La situation est grave. Superman essaie d'intervenir mais des radiations de kryptonite l'affaiblissent considérablement. Et oui, Luthor connaît même son fameux point faible et se montre grâce à lui plus entreprenant que jamais. Démoralisé, Clark envisage dès lors d'abandonner et de disparaître sous son identité civile.

Cet état d'esprit ne ressemble guère à celui d'un super héros qui continuent en général toujours la lutte même si tout le monde est contre eux. Mais ce Superman là est profondément humain. C'est ce qui nous rend si proche de lui d'ailleurs alors que d'habitude dans les autres histoires, on peine à s'identifier à ce personnage. Néanmoins, on s'attendait à un peu plus de combativité de sa part. Ce n'est qu'en découvrant que Luthor veut salir son fameux symbole S, la seule chose qui lui reste réellement de ses ancêtres, qu'il décide de reprendre la lutte.

Toutefois, la partie est loin d'être gagnée. Superman est tout proche d'être vaincu mais fort heureusement, Loïs Lane parvient à s'introduire dans le laboratoire de Luthor et à s'emparer de la fameuse kryptonite. Dès lors, ses radiations s'estompent. Le grand justicier retrouve illico la forme et met un terme rapidement à cette fausse invasion extraterrestre. Suite à cet exploit, il retourne l'opinion en sa faveur tandis que Luthor est démasqué. A partir de maintenant, Superman va être aimé par les habitants de Métropolis.

Lorsque l'on referme ce livre, on est bouche bée. Superman est considéré pour beaucoup comme un être invincible et inaccessible. Mais ici, on décèle toute la fragilité et l'humanité du personnage. Il possède ses propres problèmes et beaucoup de difficultés se dressent le long de la route, et ce dans ses deux identités. Par exemple, Clark Kent a bien faillit ne pas être embauché par Perry White, le boss du Daily Planet. Rien n'a été facile pour lui au cours de cette aventure.

Marc Waid a réussi son pari, moderniser Superman tout en restant fidèle à l'original et en se servant de la quête d'identité comme du fil rouge conducteur. Ce récit se veut complet, bien maîtrisé et surtout très crédible de bout en bout. Il est également parfait pour les nouveaux lecteurs qui veulent découvrir le dernier fils de Krypton.

En ce qui concerne les dessins, il faut reconnaître que le trait de Leinil Francis Yu s'avère simple et manque de détails. Son style n'est pas le plus soigné qui soit mais on a vu pire. Et surtout, il se rattrape en offrant des angles de vue différents à chaque case, ce qui nous permet de bien nous immerger dans cette aventure. Beau travail d'équipe pour un bel album.

Note : 8/10

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Julien F 10/04/2020 02:10

Intéressante critique. N'étant pas un inconditionnel du genre, j'ignorais que la vraie identité de Superman était Kal El, ainsi qu'il avait des ancêtres extraterrestres.