Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Hurlements

Hurlements

Créature aussi effrayante que le vampire, le loup garou ne bénéficie pourtant pas d'autant d'adaptations au cinéma. Pendant longtemps d'ailleurs, le 7eme art a éprouvé bien du mal à rendre hommage à tout ce qui touche de près ou de loin au lycanthrope. Mais cela a enfin changé avec la sortie en 1981 du film culte Hurlements de Joe Dante.

Sortie traumatisée de l'agression d'un mystérieux criminel nommé Eddie Quist (Robert Picardo), la célèbre présentatrice télévisée Karen White (Dee Wallace) décide de prendre un peu de repos avec son mari Bill (Christopher Stone) dans une colonie de vacances dirigé par le docteur George Waggner (Patrick Macnee). Mais ce qui devait être un séminaire de repos tranquille va vite devenir un véritable cauchemar.

Karen commence par entendre des hurlements la nuit et découvre les carcasses de vaches dévorées. Au départ, elle se dit que c'est l'oeuvre de simples loups mais son instinct lui intime la pus grande prudence. Après avoir appelé ses amis journalistes en renfort Terry (Belinda Balaski) et Chris (Dennis Dugan), elle finit par découvrir une effroyable vérité. Tous les habitants de ce coin perdu sont en réalité des loups garous. Et elle risque d'être la prochaine au menu.

Ici, le mythe du loup garou est quelque peu revisité. Les lycanthropes peuvent se transformer quand ils le désirent sans avoir besoin de la pleine lune ou même de la nuit. Cela les rend beaucoup plus dangereux et imprévisibles. Toutefois, c'est pour tenter d'apprivoiser leur double nature animale que le docteur Waggner les conduit ici et les pousse à se nourrir de bétail. La tentative est en soi louable. Mais peut-on vraiment prétendre longtemps à contrôler les pulsions d'un prédateur sanguinaire ?

De par son scénario et son esthétisme, Hurlements est un film de loup garou un peu particulier. Il emprunte plusieurs de ses codes au trhriller classique. Ainsi, la longue introduction pour présenter les personnages se passe dans les ruelles sombres de New York remplies de sex shops. Pendant le premier quart d'heure, on traque un simple tueur en série qui joue avec ses victimes, dessine leur portrait et a le béguin pour Karen. Pas le moindre loup en vue. C'est à se demander si on ne s'est pas trompé de genre.

Mais en réalité, ce n'est qu'un trompe l'oeil rassurez vous. Une fois dans la forêt de la colonie loin des buldings de la métropole, la nature sauvage reprend peu à peu ses droits. Il est néanmoins hors de question de montrer des lycanthropes tout de suite. Le réalisateur s'amuse avec les spectateurs et fait monter patiemment la tension. On est dans un vrai film d'horreur !

L'attente peut s'avérer longue pour un cinéphile d'aujourd'hui mais elle vaut largement le coup. En effet, les attaques des loups garous se révèlent des plus efficaces. L'apparition d'Eddie qui ote des mains de Terry un dossier alors que personne ne l'avait vu est vraiment du plus bel effet. Et que dire de sa transformation ?

Celle ci mérite que l'on s'attarde dessus car elle est tout simplement phénoménale. Sans disposer de la moindre image de synthèse, Joe Dante et son équipe accomplissent une prouesse technique à graver dans les annales. La métamorphose est complète et extrêmement détaillée. De la tête aux pieds, tous les membres du corps passent au crible devant la caméra. Encore aujourd'hui, c'est peut-être la plus belle transformation en monstre de toute l'histoire du cinéma.

Les loups garous sont très effrayants. Ils sont partout à la fois et semblent invincibles, à part si on leur colle une balle d'argent bien sur. Néanmoins, Karen parvient à leur échapper et découvre qu'elle a été mordu. Afin de faire comprendre au monde qu'ils sont bien réels, elle décide de se transformer en direct à la télévision peu après puis est aussitôt abattue. Malheureusement, son sacrifice s'avère complètement inutile. En effet, la population croit immédiatement à un trucage pour la publicité. Et, afin de pousser le bouchon encore plus loin, on finit par voir des loups garous sensés être brûlés dans une grange parmi les téléspectateurs.

Satirique, effrayant, mordant, Hurlements ne manque pas d'adjectifs pour le décrire. Bien sur, le film comporte quelques faiblesses. Par exemple, on ne sait pas trop ce qu'est devenu Bill une fois transformé ni quelle était la véritable intention du docteur Waggner en invitant Karen dans sa colonie. De plus, Eddie se fait tuer un peu facilement.

Il n'empêche, même si Hurlements a aujourd'hui un peu vieillit, il a fait un carton à son époque et a été pendant des decennies le meilleur film de loup garou de l'histoire. C'est un incontournable à ne surtout pas manquer pour les amateurs de lycanthropes. D'ailleurs, il a eu droit à de nombreuses suite dérivées un peu comme Les dents de la mer. Bravo Joe Dante !

Note : 8/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article