Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La caverne de Loupzaru

Un blog qui parle de BD, mangas, comics mais aussi romans, films et séries.

Chuka le redoutable

Chuka le redoutable

Dans la seconde moitié du 19eme siècle, la guerre entre les indiens et les colons fait rage. Pour maîtriser les peaux rouges, l'armée des Etats Unis battit de nombreux forts sur le continent. Mais ces constructions aussi fortifiées soient elles sont isolées et non invulnérables. C'est ce que va nous montrer Chuka le redoutable.

Nous sommes en 1876. Un voyageur solitaire nommé Chuka (Rod Taylor) décide de passer la nuit au fort Littlehorn dirigé par le colonel Stuart (John Mills). A l'approche de l'hiver, les indiens crient famine et risquent de se montrer tôt ou tard menaçants. Mais pour cet officier de l'armée américaine, il est hors de question de leur venir en aide ou de leur donner quoi que ce soit à manger.

Au départ, Chuka n'a pas l'intention de s'éterniser dans le coin et de participer à cette guerre qui après tout ne le concerne pas puisque c'est un civil. Mais le fort abrite une dame de haut rang nommée Veronica (Luciana Paluzzi) qu'il a bien connu dans sa jeunesse. Pour lui, c'est l'occasion ou jamais de reconquérir son ancien amour avant l'assaut des Cheyennes.

Réalisé en 1967 par Gordon Douglas et Richard Jessup, ce film se passe en grande partie dans le fort. On y découvre en détail la vie dans ce camp militaire coupé du monde en insistant bien sur les défauts des officiers. Le colonel Stuart est un froussard et un alcoolique incapable de prendre la bonne décision. Son commandant Carrol (Hugh Reilly) est encore pire puisqu'il passe son temps à violer une prisonnière indienne. Quand au sergent Otto Hahnsbach (Ernest Borgnine), c'est une brute qui cherchera souvent à s'opposer à Chuka.

A côté de ces visages pales sensés symboliser la civilisation, les indiens apparaissent bien plus intègres. Ils luttent seulement pour se nourrir et font preuve de clémence au début. Malgré sa jeunesse, leur chef Hanu (Marco Antonio) les soumet à un bon entrainement fait de discipline qui tranche assez avec les autres de son ethnie.

Cette remarque est assez intéressante. Bien qu'on se place du côté des colons à travers Chuka, ce sont les indiens qui sont les mieux présentés. D'ailleurs, ce sont eux qui gagnent. Je ne révèle rien en écrivant ces lignes puisque l'on apprend cela dès les deux premières minutes du long métrage. Ceci dit, voir gagner des peaux rouges demeure rare dans les westerns.

Noter ce film s'avère un peu difficile car la mise en scène alterne entre le très bon et le moyen. Par exemple, le fait de présenter cette œuvre comme un flash back est une excellente idée car on sait donc d'entrée que tous les soldats que l'on voit vont mourir. Cela apporte un côté tragique qui n'est cependant pas assez accentué.

En revanche, l'oeuvre comporte des longueurs un peu gênantes, même à l'époque de sa production. La scène finale de la prise du fort est décevante. Les soldats ne résistent pas assez, cela ressemble beaucoup plus à un massacre qu'à une bataille. Enfin, même si il dégaine très vite, Chuka n'est pas le plus charismatique des mercenaires qui parsèment les westerns.

Chuka le redoutable est un film sympathique. Il ne magnifie pas assez son héros et n'a pas l'ambition de se hisser au rang de chef d'oeuvre. Mais c'est un bon divertissement pour peu qu'on apprécie les westerns et les tuniques bleues de l'armée américaine.

Note : 6,5/10

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article